Nicolas Sarkozy annonce sa candidature à la présidence de l'UMP : "J'aime trop la France"

L'ancien chef de l'Etat a annoncé vendredi son retour en politique par sa candidature à la présidence de l'UMP, dans un message publié sur son compte Facebook. Il annonce qu'il veut "transformer l'UMP de fond en comble".

(Nicolas Sarkozy en 2012 © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La fin d'un faux suspense. Après des mois de rumeurs médiatiques, Nicolas Sarkozy a publié vendredi à 16h15 sur sa page Facebook un message annonçant sa candidature à la présidence de l'UMP, première étape vers une reconquête de l'Elysée en 2017. "Je suis candidat à la présidence de ma famille politique ", déclare-t-il. "J'aime trop la France ", souligne-t-il.

Alors qu'il avait annoncé le 6 mai 2012 qu'il se retirait de la vie politique "sans amertume et sans regret ", dit-il ici, il indique qu'il a "pris le temps de la réflexion ", qu'il "a pris du recul ", "écarté tout esprit de revanche ou d'affrontement ". "J’ai vu monter comme une marée inexorable le désarroi, le rejet, la colère à l’endroit du pouvoir, de sa majorité mais plus largement de tout ce qui touche de près ou de loin à la politique ", indique-t-il pour expliquer son retour, son choix de "proposer aux Français un nouveau choix politique ". 

Il veut "réinventer profondément" l'UMP sous trois mois

"Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément ", indique-t-il à propos de l'UMP, qu'il a présidé de novembre 2004 à mai 2007. Il critique les divisions au sein de l'UMP : "la persistance de divisions si dérisoires au sein de l'opposition ". 

Il propose donc de transformer l'UMP "de fond en comble, de façon à créer, dans un délai de trois mois, les conditions d’un nouveau et vaste rassemblement qui s’adressera à tous les Français, sans aucun esprit partisan, dépassant les clivages traditionnels qui ne correspondent plus aujourd’hui à la moindre réalité" .

Nicolas Sarkozy annonce ensuite un "nouveau projet ", "un nouveau mode de fonctionnement adapté au siècle qui est le nôtre ", "une nouvelle équipe " et un peu plus loin de "nouvelles réponses "pour les Français. Tout transformer, Nicolas sarkozy évoque carrément l'idée de bâtir la "formation politique du XXIe siècle ".

Il se pose en rassembleur, pour "apaiser les tensions"

Dans son annonce, Nicolas Sarkozy se pose en rassembleur : "avec le souci du plus large rassemblement, la volonté d’apaiser les tensions, et en même temps de susciter l’intérêt passionné ", dit-il. "Nous aurons besoin de toutes les intelligences, de toutes les énergies, de toutes les bonnes volontés. Il nous faut tourner la page des divisions et des rancunes afin que chacun puisse s’inscrire dans un projet, par nature, collectif ", ajoute-t-il. "Que chacun soit convaincu de la force et de la sincérité de mon engagement au service de la France ", conclut l'ancien chef de l'Etat dans son message.

Nicolas Sarkozy était arrivé dans l'après-midi dans ce qui sera son local de campagne, au 13 rue du Docteur Lancereaux dans le 8e arrondissement de Paris. Cette tribune signe le début d'une orchestration médiatique bien rodée. Après ce message sur Facebook, réseau social utilisé par la majorité des Français, une intervention au JT de France 2 doit avoir lieu dimanche soir. Le scrutin interne de la présidence de l’UMP est prévu le 29 novembre. Deux autres candidats sont déclarés : Bruno Le Maire et Hervé Mariton.