Déclarations d'intérêts : le classement des parlementaires les plus riches

Une vingtaine de parlementaires dépassent les 100 000 euros annuels de revenus pour l'année 2013 en plus de leurs indemnités d'élus.

Le sénateur Serge Dassault et le député Olivier Dassault, le 19 décembre 2012, figurent parmi les dix parlementaires aux plus hauts revenus.
Le sénateur Serge Dassault et le député Olivier Dassault, le 19 décembre 2012, figurent parmi les dix parlementaires aux plus hauts revenus. (BORIS HORVAT / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les déclarations d'intérêts des parlementaires ont été publiées sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), jeudi 24 juillet. Il s'agit d'une conséquence de la moralisation de la vie politique, exigée par François Hollande en réaction à l'affaire Cahuzac.

>> Consultez la déclaration d'intérêts de votre député ou sénateur

Si elles ne renseignent pas sur les patrimoines des élus, ces déclarations apportent quelques enseignements sur le niveau de richesse des parlementaires, à travers leurs revenus. Une vingtaine d'entre eux déclarent des revenus annexes de plus de 100 000 euros par an. En tête du classement, se trouvent le radical de gauche Jean-Michel Baylet, suivi du sénateur de l'Essonne et avionneur Serge Dassault et du député UMP du Var, Olivier Audibert-Troin (voir graphique ci-dessous).

Le club des grands patrons

Le sénateur du Tarn-et-Garonne Jean-Michel Baylet affiche dans sa déclaration un total d'environ 680 000 euros net pour la seule année 2013. Des revenus annexes tirés de ses fonctions à la tête de La Dépêche du Midi et dans différentes sociétés de presse annexes.

Le sénateur de l'Essonne et avionneur Serge Dassault a perçu en 2013 une rémunération annuelle brute de plus de 650 000 euros en tant que président du groupe industriel Marcel Dassault, à laquelle s'ajoutent divers dividendes pour ses différentes fonctions au sein de l'entreprise. Le fils de ce dernier, le député de l'Oise Olivier Dassault, bénéficie également de la manne du groupe industriel avec des revenus de 357 000 euros brut par an en tant que dirigeant. Comme pour son père, il faut ajouter des dividendes que sa déclaration ne mentionne pas.

Philippe Briand, député UMP d'Indre-et-Loire et questeur de l'Assemblée nationale en charge des finances, a reçu pour sa part 101 000 euros comme patron de l'entreprise Arche. Sa feuille d'impôt s'alourdit avec les 361 000 euros gagnés comme gestionnaire de patrimoine immobilier.

Avocat, une profession en or

L'ancien patron de l'UMP, Jean-François Copé, déclare environ 320 000 euros de revenus annuels pour l'année 2012, essentiellement grâce à son activité d'avocat d'affaires. L'année 2013 a été moins bonne avec quelque 230 000 euros de revenus. Une différence logique puisque le maire de Meaux a mis fin à ses activités d'avocat en juin 2013, comme il l'indique dans sa déclaration. Mais selon nos informations, l'ex-ministre devrait bientôt reprendre son activité. 

Toujours dans les rangs de l'UMP, le député de Paris Pierre Lellouche a perçu en 2013 plus de 290 000 euros de bénéfices pour son activité d'avocat, comme l'indique sa déclaration d'impôts. Son collègue des Français de l'étranger, Frédéric Lefebvre, également avocat, a pour sa part gagné plus de 207 000 euros, toujours en 2013.

Gilbert Collard, député du Gard proche du FN, déclare pour l'année 2013 environ 16 000 euros par mois pour son activité d'avocat, soit 192 000 euros annuels. Son année 2012 était plus faste avec plus de 400 000 euros de revenus. Toujours parmi les avocats, le président du groupe centriste au Sénat François Zocchetto a gagné plus de 188 000 euros l'an dernier.

Des conseils (très) rentables

L'ancien Premier ministre François Fillon inscrit sur sa feuille 142 000 euros en 2013 pour ses activités au sein de sa société de consulting 2F Conseil, créée en contournant l'esprit de la loi, selon Rue89. Le secrétaire général intérimaire de l'UMP et ancien ministre Luc Chatel a reçu en 2013 183 000 euros pour son activité de conseil et accompagnement en stratégie au sein de la société LCH.

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin déclare pour sa part en 2013 un total de 150 000 euros, grâce à des conférences et des droits d'auteur. Moins connu mais beaucoup plus riche, Olivier Audibert-Troin, député UMP du Var et agent général d'assurances, annonce une rémunération pour 2013 "aux alentours de 485 000 euros".