Assistants parlementaires du MoDem : "On ne découvre rien du tout, d'autres formations sont concernées", assure Charles de Courson

Le député centriste Charles de Courson estime que l'affaire des salariés du MoDem rémunérés comme assistants parlementaires européens ne concerne pas que la formation de François Bayrou.

FRANCEINFO
logo
franceinfoElodie GuéguenSylvain TronchetRadio France

Mis à jour le
publié le

Un ancien assistant parlementaire européen qui a passé cinq ans, entre 2004 et 2009, auprès d'un eurodéputé centriste affirme avoir été le témoin d'un système d'emplois fictifs au sein du Mouvement démocrate (MoDem). C'est ce que révèle franceinfo, vendredi 23 juin.

"A quoi ça sert de jouer les personnes qui découvrent ? On ne découvre rien du tout, tout le monde le sait !", a réagi Charles de Courson, député du parti Les centristes (LC), sur franceinfo. Selon cet ancien conseiller de la Cour des comptes, "au MoDem, ils faisaient un petit contrat à temps très, très partiel et le reste était payé par le Parlement européen dans le cadre d'assistants parlementaires." Charles de Courson assure que le MoDem n'est pas un cas isolé. 

Il y a d’autres courants politiques concernés, les Républicains, peut-être même nos collègues socialistes. C’est une pratique qui ne concerne pas d'ailleurs que les assistants parlementaires des députés européens, elle peut concerner aussi les assistants parlementaires des députés nationaux

Charles de Courson

à franceinfo

Jusqu'ici, l'enquête de franceinfo a permis d'identifier une dizaine de salariés du MoDem qui étaient également payés pour partie par le Parlement européen, principalement sur la période 2009-2012. L'ancien assistant qui témoigne sur franceinfo affirme lui que le système préexistait sur la mandature européenne précédente, entre 2004 et 2009.

Jeudi, les enquêteurs de l'Office anticorruption de la police judiciaire ont recueilli le témoignage de l'ancien responsable web du MoDem et ancien assistant de Jean-Luc Bennahmias. Il affirme n'avoir jamais travaillé pour l'ex-député européen. Il était le seul à le dire publiquement jusque-là. Ce n'est désormais plus le cas.

Charles de Courson.
Charles de Courson. (FRANCEINFO)