Imbroglio au Front national sur la sortie de l’euro

Longtemps annoncé comme l’une des mesures phares du Front national, la sortie de l’euro semble maintenant semer le trouble au sein du parti. Brut a compilé les revirements du Front national.

Voir la vidéo
avatar
franceinfo Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Le FN prêt à renoncer à la sortie de l’euro", c’est ce qu’aurait affirmé un conseiller de Marine Le Pen au Figaro le 6 juillet dernier. Alors vrai débat ou pas ? Il semble que depuis plusieurs mois voire années, la situation divise au sein du Front national.

Alors que Marine Le Pen annonçait en 2011 : "je crois qu’il faut que nous retournions à nos monnaies nationales", d’autres cadres du parti ont dit le contraire depuis.

En 2014, Louis Alliot commençait déjà à émettre l’idée d’une consultation populaire sur la question : "je pense qu’il faudra une sortie concertée de l’euro".

Un revirement assumé

Marine Le Pen a changé de version depuis 2011. En 2016 dans le journal télévisé de TF1 face à Gilles Bouleau qui lui a demandé : "allons-nous, si vous êtes présidente de la République, sortir in petto de l’euro ?", la présidente du Front national a répondu : "il n’a jamais été question de cela Monsieur".

De son côté, Florian Philippot continue à défendre l’idée première du parti. Si le Front national devait garder l’euro, il a annoncé qu’il quitterait le parti.

Longtemps annoncé comme l’une des mesures phares du Front national, la sortie de l’euro semble aujourd’hui semer le trouble au sein du parti. Brut a compilé les revirements du Front national.
Longtemps annoncé comme l’une des mesures phares du Front national, la sortie de l’euro semble aujourd’hui semer le trouble au sein du parti. Brut a compilé les revirements du Front national. (Brut)