Attentat déjoué : la cible était à Marseille

Depuis hier, mardi 18 avril, les enquêteurs tentent d'en savoir plus après l'arrestation de deux hommes qui préparaient un attentat. Plusieurs éléments indiquent que la ville de Marseille (Bouches-du-Rhône) pouvait être le théâtre de cette attaque.

FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Marseille (Bouches-du-Rhône) était la cible de l'attentat déjoué, c'est désormais la conviction des enquêteurs. Dans l'appartement des suspects, deux éléments précis laissent à penser qu'ils s'apprêtaient à frapper la deuxième ville de France. Tout d'abord, dans l'une des pièces, la police a trouvé un plan de Marseille épinglé au mur.

Le meeting de Marine Le Pen visé ?

Pas de point précis désigné, pas de trajet dessiné, rien qui puisse laisser deviner une cible précise dans la ville. Mais surtout, la police a retrouvé dans une armoire trois kilos d'explosifs.Trois petits paquets qui séchaient, du TATP, un explosif qui peut difficilement se transporter. Pour les enquêteurs, ces explosifs n'auraient pas pu être utilisés ailleurs qu'à Marseille ou sa périphérie. Alors pourquoi cette ville ? Visaient-ils un meeting comme celui de Marine Le Pen ce mercredi 19 avril à Marseille ou allaient-ils frapper un bureau de vote dimanche ? La police espère faire parler les ordinateurs retrouvés chez les suspects.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des membres du Raid après l\'arrestation de deux hommes suspectés d\'un projet d\'attentat pendant la présidentielle, le 18 avril 2017, à Marseille.
Des membres du Raid après l'arrestation de deux hommes suspectés d'un projet d'attentat pendant la présidentielle, le 18 avril 2017, à Marseille. (BORIS HORVAT / AFP)