VIDEO. Manuel Valls s'engage à rembourser 2 500 euros pour le voyage de ses deux enfants à Berlin

"Si c'était à refaire, je ne le referais pas", a déclaré le Premier ministre.

Le Premier ministre, Manuel Valls, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 10 juin 2015.
Le Premier ministre, Manuel Valls, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 10 juin 2015. (BERTRAND GUAY / AFP)

Mis à jour le , publié le

"Si c'était à refaire, je ne le referais pas", a déclaré Manuel Valls, jeudi 11 juin. Le Premier ministre a annoncé qu'il "assumera(it)" la prise en charge du coût de la présence de ses deux enfants dans l'avion de la République qui l'a emmené à Berlin pour la finale de la Ligue des champions. Il a cependant redit qu'il s'agissait d'un "déplacement officiel"Manuel Valls s'engage donc à rembourser 2 500 euros pour le voyage de ses deux enfants à Berlin.

>> A lire aussi : Les cinq jours qui font regretter à Manuel Valls d'être supporter du Barça

Voir la vidéo

"Je suis sensible, bien sûr, à la réaction des Français"

"Dans le cadre de ce déplacement officiel, j'ai utilisé les moyens mis normalement à la disposition du Premier ministre (...) Mais je suis sensible, bien sûr, à la réaction des Français, je me dois d'incarner un comportement parfaitement rigoureux. Si c'était à refaire, je ne le referais pas. Et, pour lever tout doute, j'ai décidé d'assumer la prise en charge du voyage pour mes deux enfants, c'est-à-dire 2 500 euros", a déclaré le Premier ministre à la presse à son arrivée à La Réunion dans le cadre d'un déplacement de trois jours dans les départements de l'océan Indien.

"Mettre un point final à cette polémique"

"Cet avion étant affrété, leur présence n'a pas coûté un euro supplémentaire", a toutefois fait valoir Manuel Valls, qui s'était rendu à Berlin depuis Poitiers, où il assistait au congrès du Parti socialiste. Ces 2 500 euros correspondent au tarif moyen sur un vol commercial pour deux personnes sur les trajets Paris-Poitiers, Poitiers-Berlin et Berlin-Poitiers, a précisé l'entourage du Premier ministre. Le retour final de Poitiers à Paris a, lui, été pris en charge par le PS. "Je voulais mettre un point final à cette polémique pour me consacrer à l'essentiel", a ajouté le chef du gouvernement.

"Samedi, je me suis rendu à Berlin pour un déplacement officiel à l'invitation de Michel Platini", a-t-il insisté, précisant qu'il avait parlé avec le patron de l'UEFA de "l'Euro 2016", qui aura lieu en France, et de "l'avenir de la Fifa". Un porte-parole de la confédération européenne de football avait également assuré mardi que le Premier ministre avait répondu à une invitation de Michel Platini pour "parler de l'Euro 2016".