La carte de vœux de Manuel Valls a coûté plus de 36 000 euros, "rien de scandaleux" selon Matignon

La conception a été confiée à l'agence Publicis, rapporte "Le Canard enchaîné".

La carte de vœux de Manuel Valls, adressée en janvier 2016.
La carte de vœux de Manuel Valls, adressée en janvier 2016. (MATIGNON / FRANCETV INFO)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Passer une bonne année, ça n'a pas de prix. La souhaiter, en revanche, a un coût, non négligeable : la conception de la carte de vœux du Premier ministre Manuel Valls – gérée par l'agence Publicis – a nécessité la somme de 36 480 euros, sans compter les frais d'impression, de mise sous pli et d'expédition, rapporte Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 13 janvier.

Le Service d'information du gouvernement (SIG) avait signé à l'automne un premier bon de commande pour 16 800 euros seulement, précise l'hebdomadaire satirique. Mais l'agence Publicis a été priée de revoir sa copie, contre le versement d'un supplément de 19 680 euros.

Le prix d'une "une exigence très forte" de Matignon

Le Canard enchaîné indique que seuls 4 000 exemplaires de cette carte, où la statue de la République est représentée entourée de confettis bleu blanc et rouge, ont été expédiés à des élus, patrons, syndicalistes et journalistes. Faux, répond le SIG au Lab, qui assure que 18 000 cartes ont été réalisés pour l'ensemble des services de Matignon, soit un coût de 2,28 euros par carte.

"Rien de scandaleux quand on connaît les prix du marché et que l'on fait appel à des agences", explique le patron du SIG, Christian Gravel, au site, qui précise que le budget était quasi-similaire en 2015. A ce tarif, trois créations ont été sélectionnées et déclinées sur le web et les réseaux sociaux, au-delà de la simple carte papier.

Mais pourquoi dépenser une telle somme pour une opération de communication ? "On approchait de la date anniversaire des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher, et nous étions un mois après le 13 novembre, répond Christian Gravel au Lab. Nous avions donc une exigence très forte sur le message que nous souhaitions envoyer." Quitte à y mettre le prix.