Envoyé spécial, France 2

INFO "ENVOYE SPECIAL". Les multiples sondages commandés par Matignon pour étudier l'image de Manuel Valls de 2014 à 2016

Selon les informations obtenues par les équipes du magazine "Envoyé spécial", les services de l'ancien Premier ministre ont dépensé plusieurs dizaines de milliers d'euros pour analyser le positionnement et l'image de Manuel Valls. 

Voir la vidéo
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

A son arrivée à l'Elysée, François Hollande avait promis de mettre un terme aux commandes de sondages par les services de la présidence de la République. "Il n'y a pas le budget pour cela", avait-il justifié, critiquant en creux l'attitude de Nicolas Sarkozy, qui avait commandé pour environ 7,5 millions d'euros de sondages durant son quinquennat. Des montants jugés "exorbitants" dès 2009 par la Cour des comptes, et qui avaient suscité une plainte de l'association Anticor puis l'ouverture d'une enquête judiciaire, toujours en cours aujourd'hui. 

Si l'Elysée a bel et bien arrêté ces commandes de sondages très onéreuses après l'élection de François Hollande – comme le confirment tous les rapports de la Cour des comptes depuis 2013 –, ce n'est en revanche pas le cas du Service d'information du gouvernement (SIG). Ce service, rattaché à Matignon, a trois missions principales : "l'information du Premier ministre sur l’évolution de l’opinion publique et le traitement médiatique de l’action du gouvernement", "la valorisation de l’action du Premier ministre et du gouvernement", et "la coordination interministérielle de la communication du gouvernement"

Pour remplir son premier objectif, le SIG a, parmi ses différents moyens, la possibilité de commander des études et sondages. Or, entre 2014 et 2016, selon les informations du magazine "Envoyé spécial", diffusé jeudi 13 avril sur France 2, le SIG n'a pas hésité à dépenser plusieurs dizaines de milliers d'euros, non pas pour mesurer l'opinion des Français sur l'action du gouvernement, mais sur l'image du Premier ministre lui-même. De quoi expliquer peut-être pourquoi, en 2015, un rapport parlementaire "s'interrogeait sur l'intérêt de certains d'entre eux pour la conduite de l'action gouvernementale".

En juin 2014, un sondage à 53 520 euros

En 2016, près de la moitié des enquêtes commandées par le SIG à des instituts de sondages étaient ainsi consacrées à l'image et à la popularité de Manuel Valls plutôt qu'à des sujets de fond, selon les informations recueillies par "Envoyé spécial".

Cette pratique a débuté dès sa nomination à Matignon. En juin 2014, le Service d'information du gouvernement commande ainsi à Ipsos un "bilan d'image du Premier ministre". L'institut de sondages réalise alors huit réunions de groupes, réunissant un panel de Français, auquel des photos et des vidéos de Manuel Valls sont soumises pour avis. A l'arrivée : un document de 111 pages, décortiquant sous toutes les coutures le caractère, la gestuelle et l'apparence du chef du gouvernement. Dans ce bilan qu'"Envoyé spécial" a pu obtenir, Ipsos souligne à l'époque "l'image d'énergie exceptionnelle" dont Manuel Valls jouit auprès des Français interrogés, mais aussi le risque sous-jacent d'une "énergie mal maîtrisée, incontrôlée, agressive" voire "dangereuse" aux yeux de certains sondés.

Coût de cette étude réalisée du 28 avril au 12 mai 2014, et dont chacun est libre de juger l'utilité pour l'action du gouvernement ? 53 520 euros. Contacté par "Envoyé spécial", Manuel Valls n'a pas souhaité donner suite.

"Secrets de sondages", un reportage de Lionel Poussery et Jérôme Weisselberg à voir dans "Envoyé spécial", jeudi 13 avril.

Manuel Valls est maquillé avant un débat télévisé entre les candidats à la primaire de la gauche, le 12 janvier 2017, à Paris.
Manuel Valls est maquillé avant un débat télévisé entre les candidats à la primaire de la gauche, le 12 janvier 2017, à Paris. (CHAMUSSY / REA)