Revivez l'interview de Manuel Valls dans "On n'est pas couché"

Le Premier ministre est l'invité de Laurent Ruquier samedi soir sur France 2. 

Manuel Valls sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", le samedi 16 janvier 2016. 
Manuel Valls sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché", le samedi 16 janvier 2016.  (FRANCE 2)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

C'est une première : un Premier ministre en exercice sur le plateau d'"On n'est pas couché". Manuel Valls est l'invité de Laurent Ruquier, samedi 16 janvier. Une interview enregistrée et diffusée sur France 2 et francetv info. 

Un échange tendu avec Jérémy Ferrari. L'interview a été enregistrée jeudi 14 janvier. Et quelques détails ont fuité dans les médias. Ainsi, Le Parisien indique que l'interview a duré 1h35, dont "une grosse partie consacrée au terrorisme, à la question de la déchéance de nationalité et à la poussée de l’antisémitisme en France" Avec, en toute fin, un échange tendu entre le Premier ministre et l'humoriste Jérémy Ferrari à propos de la politique française en Afrique, explique Le Figaro

 Une intervention critiquée. Ce passage sur un plateau télé n'a pas plu à l'ensemble de la classe politique. Cette semaine, un député de l'opposition a raillé, lors des questions d'actualité à l'Assemblée, le goût du Premier ministre pour les plateaux télé

 Les politiques et le divertissement. D'autres ministres et responsables politiques avant lui sont apparus dans des émissions de divertissement. Manuel Valls, lui même, a déjà participé à cette émission en 2013 mais c'est la première fois qu'un Premier ministre en exercice y intervient. A l'étranger, en revanche, c'est une pratique beaucoup plus ancrée, explique Le Monde

 

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#VALLS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VALLS

02h19 : Il est temps pour moi de clore ce direct. Excellente fin de soirée à tous ! Vous retrouverez ma collègue Violaine Jaussent, demain (ce matin) à 9 heures.

02h17 : L'intervention du premier ministre s'est terminé avec un accrochage avec l'humoriste Jérémy Ferrari. Un échange qui rappelle "Balavoine face à Mitterrand", selon Laurent Ruquier. Voici l'échange.

(FRANCE 2)

02h07 : "Peut-on être juif et se promener tranquillement dans les rues de France avec une kippa ?" a demandé Yann Moix à Manuel Valls en revêtant lui-même une kippa. Voici la réponse du Premier ministre.

(FRANCE 2)

01h56 : Le Premier ministre se voit-il candidat en 2017 si la courbe du chômage ne s'inverse pas ? Sourire gêné. "Je n'ai pas votre perversité", répond-il à Laurent Ruquier avant d'évoquer plus longuement son potentiel avenir présidentiel et l'éventuelle primaire à gauche.

(FRANCE 2)

01h55 : Laurent Ruquier a toujours cherché àpiéger ses invités. Mais pour une fois il s'est fait piéger par Manuel Valls, qui s est servi de son émission pour vendre sa soupe tranquillement a un auditoire important. Bien joué.

01h54 : "On n'est pas couché" : Ferrari a voulu faire du Balavoine mais il n'en n'a pas le talent ou au moins l'envergure !

01h55 : Certains d'entre vous commentent l'accrochage entre l'humoriste Jérémy Ferrari et Manuel Valls, en fin d'entretien. C'est également l'heure d'un premier bilan.

01h49 : Yann Moix évoque la petite phrase de Jean-Charles Taugourdeau (Les Républicains). "Pensez-vous vous rapprocher de la France qui se lève tôt en allant sur le plateau d''On n'est pas couché'" ?", s'était indigné ce dernier, en séance à l'Assemblée.


LCP / FRANCETV INFO

01h48 : Ainsi s'achève l'entretien de Manuel Valls, qui a duré plus d'une heure trente.

01h47 : "L'honneur de la France, c'est que vous puissiez m'interpeller, que vous puissiez débattre (...). On se bat pour garder cette liberté de ton."

01h49 : La présence du président gabonais Ali Bongo à la marche du 11 janvier avait suscité la polémique, à l'époque déjà. Son pays pointe en effet à la 95e place du classement mondial de la liberté de la pressé 2015, dressé par Reporters sans frontières. La présence du président hongrois Viktor Orban et du chef de la diplomatie russe avaient également fait tiquer de nombreux observateurs.

01h44 : "Je suis pas politologue, historien..., poursuit l'humoriste Jérémy Ferrari. "Vous avez dit que la mort de ces jeunes qui préfèrent mourir que vivre. Ils Vous êtes en guerre, le gouvernement est en guerre, pas nous. Moi je suis pas en guerre contre les musulmans. On peut parler de la Syrie, de la Libye... Comment vous expliquez qu'Ali Bongo soit à la marche [du 11 janvier 2015] ?"

01h42 : Tout de noir vêtu, Johnny Hallyday a entonné la chanson Un Dimanche de janvier, devant François Hollande, les familles des victimes et les passants venus saluer la mémoire des victimes des attentats de janvier. Voici ce moment en vidéo.

01h41 : Ce n'est pas le seul à grincer des dents. Ancien dessinateur de l'hebdomadaire, Siné avait fait part de sa stupéfaction à francetv info, en évoquant la présence de Johnny Hallyday aux commémorations. "Il n'a rien à voir avec l'esprit de Charlie Hebdo."

01h41 : L'humoriste Jérémy Ferrari a choisi un dessin qui plaisante du choix de Johnny Hallyday pour rendre un hommage aux victimes de Charlie Hebdo. Il dénonce une "récupération".

01h39 : Sur la déchéance de nationalité, "Christiane Taubira se trompe" estime le Premier ministre parce que cela "ne remet pas en cause le droit du sol". Ecoutez.

(FRANCE 2)