Manuel Valls obtient une majorité en nette baisse à l'Assemblée

L'Assemblée nationale a voté la confiance au Premier ministre mardi après-midi : 269 voix pour (contre 306 en avril), 244 voix contre. 53 députés se sont abstenus dont 32 socialistes, selon une source proche du groupe PS.

(L'Assemblée nationale mardi après-midi © Maxppp)
avatar
Clara BeaudouxRadio France

Mis à jour le
publié le

Une majorité nettement plus faible qu'il y a cinq mois. L'Assemblée nationale a voté mardi après-midi la confiance à Manuel Valls, avec 269 voix pour, 244 voix contre, et 53 abstentions. Le Premier ministre présentait son nouveau gouvernement constitué le 27 août après avoir limogé les ministres opposés à la politique économique.

A lire aussi  ►►► DIRECT | Vote de confiance : suivez notre édition spéciale

votes de confiance aux deux gouvernements Valls
Create your own infographics
32 abstentions socialistes ---------------------------------------L'incertitude demeurait sur[ le vote des "frondeurs" socialistes](http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-politique/2014-2015/bruno-le-roux-aux-frondeurs-je-leur-demande-d-etre-responsables-16-09-2014-08-04), "une trentaine", ainsi que[ celui des écologistes](http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/vote-de-confiance-vers-une-abstention-des-ecologistes-568801). Et le résultat n'est pas glorieux pour le gouvernement puisque que parmi les 53 abstentions, il y a 32 "frondeurs" PS, ainsi que les écologistes et les trois élus du mouvement républicain et citoyen (MRC), empêchant le gouvernement d'atteindre la majorité absolue de 289 députés. La majorité des suffrages exprimés était de 257 voix.Lors du précédent vote [en avril dernier](http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/l-assemblee-accorde-sa-confiance-manuel-valls-334119), Manuel Valls avait obtenu la confiance par 306 voix pour et 239 voix contre, avec 26 abstentions (parmi lesquelles 11 socialistes et six écologistes). Dans l'après-midi [Manuel Valls s'était exprimé 45 minutes ](http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/manuel-valls-avancer-contre-vents-et-marees-569169)devant les députés pour tenter de convaincre les derniers indécis. "*Gouverner, c'est tenir* " : il avait déroulé un discours "*de vérité* " où il a dit prendre en compte "*tous les malaises* " du pays et donné quelques gages à la gauche. "*Votre confiance, c'est la force que nous allons donner à la France* ", avait-il dit, annonçant notamment une revalorisation du minimum vieillesse et une réduction d'impôts pour six millions de ménages en 2015.