Manuel Valls : "La France vit une crise d'identité"

Le ministre de l'Intérieur a accordé un entretien au "Parisien" dans lequel il revient sur les événements de Trappes et la situation de l'islam en France.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, répond aux questions des journalistes, le 24 juillet 2013 à l'Elysée, à Paris.
Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, répond aux questions des journalistes, le 24 juillet 2013 à l'Elysée, à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Manuel Valls fait encore la une, lundi 29 juillet. Selon un sondage publié dimanche par le JDD, 47% des personnes interrogées voient en lui un "bon Premier ministre". Lundi, c'est le Parisien (article payant) qui accorde une pleine page d'entretien au ministre de l'Intérieur. Il revient sur les événements de Trappes (Yvelines), la place de l'islam en France ou encore les gens du voyage. Francetv info vous résume l'essentiel.

Trappes : "Nous vivons une crise de l'autorité"

Comment expliquer les violences de Trappes ? "Il y a (...) une mise en cause généralisée de la parole de la police", pour le ministre de l'Intérieur. Pire, "nous vivons une crise de l'autorité. La voix des parents de l'enseignant, du juge, du policier, de l'élu est trop souvent contestée". En réponse, Manuel Valls en appelle à l'unité nationale, ajoutant que "la sécurité n'est ni de droite, ni de gauche. C'est une valeur de la République. Chacun doit prendre ses responsabilités et se rassembler autour des forces de l'ordre qui travaillent dans des conditions très difficiles".

Loi sur le voile intégral : "Protéger l'islam"

Alors que les violences à Trappes ont été provoquées par le contrôle d'une femme portant un voile intégral qui a mal tourné, le ministre rappelle qu'il a voté la loi se voulant "émancipatrice pour les femmes". "Appliquer la loi républicaine, c'est justement protéger l'islam en le distinguant catégoriquement du fondamentalisme", explique-t-il. Manuel Valls dénonce "l'influence que peuvent avoir, dans un certain nombre de quartiers, des groupes ou des réseaux salafistes sur des jeunes en perte de repères. L’endoctrinement est très basique. Ils ont souvent une très faible connaissance de ce qu’est l’islam". Mais surtout, il estime que "de manière plus générale, la France vit une crise d’identité à laquelle se juxtapose une crise de l’identité de l’islam".

Gens du voyage : une nouvelle loi

"Il faut veiller à l’équilibre entre la liberté de circuler des gens du voyage, qui sont plusieurs centaines de milliers et français pour la plupart, et leurs devoirs de citoyens. Il n'est pas acceptable que des personnes s’installent illicitement sur la propriété d’autrui." Pour le ministre de l'Intérieur, les polémiques récurrentes sur les évacuations de camps de Roms tiennent "aux limites de la loi Besson de 2000, qui imposait que les collectivités territoriales disposent d’aires d’accueil adaptées. Treize ans après, cette loi reste lettre morte : 52% des places prévues en aires d’accueil et 30% des aires de grand passage seulement ont été réalisées".

Du coup, il promet une nouvelle loi qui soit "consensuelle. L'Etat veut être aux côtés des élus locaux, leur garantir l’évacuation des campements illicites non seulement s’il y a trouble de l’ordre public mais aussi s’il existe une aire d’accueil proche".