Loi Travail : le Premier ministre envisage de surtaxer les CDD

Face à la contestation contre le projet de loi de réforme du Code du travail, le Premier ministre envisage de surtaxer les CDD pour inciter les employeurs à embaucher.

(L'argent ainsi récolté permettrait de financer la formation des travailleurs précaires © MaxPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

C'est une information France Info : alors que grandit la contestation contre le projet de loi de la réforme du Code du travail, le Premier ministre envisage de surtaxer les CDD pour inciter les employeurs à embaucher. Manuel Valls devait terminer mercredi soir ses consultations avec les partenaires sociaux et doit désormais leur proposer une nouvelle mouture du texte d'ici lundi.

Parmi les pistes de travail, une surtaxation des CDD tient la corde à Matignon. De fait, près de 9 contrats sur 10 signés aujourd'hui sont des contrats précaires. L'idée, c'est donc de rendre le CDD moins attractif pour l'employeur en augmentant les cotisations patronales. Si le CDD est moins attractif, l'employeur devrait signer plus facilement des CDI, d'autant que le projet de loi prévoit de faciliter le licenciement.

Les syndicats réclament cette mesure depuis longtemps. La nouveauté, c'est que l'argent ainsi récolté permettrait de financer la formation des travailleurs précaires.

"Ce serait prendre le problème du mauvais côté"
— Jean-Eudes Du Mesnil, secrétaire général de la CGPME

Cependant, tous les syndicats ne sont pas convaincus par le projet. Pour Jean-Eudes Du Mesnil, secrétaire général de la CGPME, ce n'est pas forcément une bonne idée. *"Ce serait prendre le problème par le mauvais côté. Cela signifierait que l'on augmenterait le coût du travail, et que l'on pénaliserait la création d'emplois. Il faudrait s'interroger sur l'embauche en CDD privilégiée par les patrons plutôt que celle en CDI. Nous voulons rassurer les chefs d'entreprise en leur disant que si d'aventure ils sont contraints de restreindre leur activité économique, on pourrait sécuriser les critères de licenciement économique".

 *

"Surtaxer les CDD serait prendre le problème du mauvais côté", Jean-Eudes Du Mesnil secrétaire général de la CGPME
--'--
--'--