Primaire à droite : Bruno Le Maire prend une claque

Un temps présenté comme le troisième homme de la campagne, l'ancien ministre de l'Agriculturefinit à la cinquième place, derrière Nathalie Kosciusko-Morizet.

Bruno Le Maire, le 18 septembre 2016 à Sète (Hérault).
Bruno Le Maire, le 18 septembre 2016 à Sète (Hérault). (YANN CASTANIER / HANS LUCAS / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Bruno Le Maire ne sera pas au second tour de la primaire à droite. Le député de l'Eure a raté sa campagne et n'a pas su insuffler la même dynamique qu'en 2014, lors de l'élection à la présidence de l'UMP. Il avait alors surpris en obtenant près de 30% des voix des militants face à Nicolas Sarkozy. Mais cette fois, Bruno Le Maire ne pourra pas vraiment négocier avec la même facilité ses 2,4% de voix (selon 89,3% des bureaux de vote dépouillés).

>> Primaire à droite : suivez tous les résultats et les réactions dans notre direct

Son score

Parfois présenté comme le troisième homme durant cette campagne, Bruno Le Maire peut être déçu. Avec seulement 2,4% des voix selon des résultats partiels, il est bien en dessous de ses espérances. Le député de l'Eure a confié à plusieurs reprises ne pas croire à la fiabilité des enquêtes d'opinion, annonçant à qui voulait l'entendre qu'il serait en mesure de créer la surprise. "Il y a 10 à 15 points qui se baladent dans la nature, on ne sait pas où ils vont se poser", expliquait-il la semaine dernière à L'Obs.

Ce que disaient les sondages

Les sondages l'ont crédité depuis plusieurs mois d'un score situé entre 7 et 13%. Des intentions de vote qui lui ont longtemps permis d'être dans la course pour la troisième place. Bruno Le Maire a été distancé au mois d'octobre par l'ancien François Fillon, qui a largement emporté le scrutin. Au point de se rapprocher dangereusement, début novembre, de Nathalie Kosciusko-Morizet. 

Ce qu'il va faire au second tour

"Je ne serai le Premier ministre de personne", proclamait Bruno Le Maire dans "L'Emission Politique", sur France 2, le 25 octobre. Vu son score ce soir, la question ne risque pas de se poser. L'ancien ministre de l'Agriculture avait, dans un premier temps, dit qu'il ne donnerait pas de consigne de ralliement pendant l'entre-deux-tours. Avant de préciser qu'il indiquerait son choix personnel. "Je voterai pour François Fillon au second tour de la primaire", a finalement déclaré, dimanche soir, le chantre du "renouveau".