"J'ai coupé ma carte du parti en deux" : sur Twitter, les fans de Sarkozy crient leur colère

Au lendemain du premier tour de la primaire à droite, la communauté des supporters de Nicolas Sarkozy, rassemblée sur les réseaux sociaux autour du mot-clé #NS2017, reste dépitée par les résultats de son champion. Plusieurs fans de l'ancien président confient leur désarroi à franceinfo.

Elisabeth, 60 ans, a découpé sa carte d\'adhérente aux Républicains après la défaite de Nicolas Sarkozy.
Elisabeth, 60 ans, a découpé sa carte d'adhérente aux Républicains après la défaite de Nicolas Sarkozy. (SARKOZISTE / TWITTER.COM)
avatar
Thomas BaïettoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Un choc", "une mascarade", "un vol"... Au lendemain de la défaite de leur champion dès le premier tour de la primaire à droite, lundi 21 novembre, les plus fervents supporters de Nicolas Sarkozy ne le cachent pas : leur amertume est immense. Le mot-clé autour duquel ils se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pendant toute la campagne – #NS2017 – a été rebaptisé #MerciNS, mais aussi #SPF, pour "sans parti fixe". "On est sous le choc, on ne peut pas dire le contraire. On savait que cela allait être difficile, mais je pensais qu'il allait quand même passer le premier tour", glisse à franceinfo Florian, 32 ans.

>> Primaire à droite : suivez la campagne de l'entre-deux tours

Soutien actif de l'ancien président de la République, cet informaticien du Val-de-Marne avance plusieurs explications à cette défaite prématurée : "les électeurs de gauche qui sont allés voter Juppé", "un besoin de renouvellement qu'on ne peut pas nier", "des gens qui ne lui font plus confiance après ses cinq ans de mandat présidentiel", et la personnalité clivante de Nicolas Sarkozy.

"Nous nous sommes fait voler notre primaire"

Mais ses camarades Guillaume, 42 ans, et Elisabeth, 60 ans, ont surtout le sentiment d'un vol. "Je suis écœuré car sur 4 millions de votants, 1,5 million [selon un sondage de l'institut Elabe] n'étaient pas de la droite et du centre. Nous nous sommes fait voler notre primaire", fustige le premier, interrogé par franceinfo. "Moi, j'étais contre le principe de la primaire ouverte !" rappelle la seconde, avant de lâcher :

A partir du moment où des gens de gauche ou du FN participent, c’est faussé, c’est une mascarade.

Elisabeth, électrice de Nicolas Sarkozy

à franceinfo

Aucun des militants sarkozystes interrogés par franceinfo n'envisage de voter dimanche prochain. "J'en profiterai pour économiser deux euros, je ne me sens pas de soutenir l'un des deux candidats", témoigne Florian. "Entre Fillon qui a trahi Nicolas Sarkozy, et Juppé qui n'a pas un programme de droite, je n'arriverai pas à choisir", abonde Guillaume. "Pour moi, Juppé et Fillon sont les fossoyeurs de l'UMP et des Républicains. Ils ont détruit le parti, maintenant, ils se débrouillent", dénonce Elisabeth, qui ne veut pas "donner deux euros à un parti qui ne respecte pas ses adhérents".

Des cartes d'adhérent découpées

Désabusée, cette retraitée de l'éducation nationale a même découpé en morceaux sa carte des Républicains. "Quel est l'intérêt de payer une cotisation ? Puisque ce n'est pas nous que l'on consulte pour les grandes décisions", argumente la Nîmoise. Elle a écrit au siège pour demander sa radiation des listes, et se proclame désormais "SPF, sans parti fixe"

Florian a lui aussi écrit un courrier au parti. "J'ai été simple et clair. J'ai coupé ma carte en deux et j'ai collé dessus un post-it '#NS2017', raconte-t-il. Je m'étais engagé pour un homme, pour ses valeurs plus que pour les Républicains." Guillaume, lui, va prendre "du recul", "après quatorze ans aux côtés de Nicolas Sarkozy". "La démocratie, avec ces jeux dangereux, est en perdition. Marine Le Pen a de beaux jours devant elle, malheureusement", juge-t-il.

La tentation d'un vote à la primaire à gauche

Elisabeth et Florian ne veulent pas non plus entendre parler du Front national. "Je ne voterai jamais FN. Je compte combattre les idées extrêmes, chaque citoyen a un rôle à jouer", explique celle qui tient également une page Facebook. Approché dès dimanche soir par un cadre frontiste – "Sébastien Chenu m'a proposé de le rencontrer, on sent bien qu'ils essayent de récupérer les sarkozystes" –, Florian ne compte pas donner suite.

Le jeune homme envisage cependant de participer à la primaire à gauche en janvier. "Sachant que des électeurs de gauche ont voté tout en signant une charte des valeurs de la droite et du centre, qu'est-ce qui m’empêche d’aller voter pour le candidat de mon choix pour la gauche ?" argumente-t-il. Il ne votera ni Hollande, ni Montebourg. "Quitte à rigoler, ce sera Gérard Filoche."