Environnement : Fillon mise sur le nucléaire et veut mettre fin au principe de précaution

Le programme de François Filllon comporte une partie intitulée "Environnement et transition énergétique". Il y développe deux axes pour la défense du climat : le nucléaire et la fin du principe de précaution.

François Fillon en 2009, sur le site de la centrale nucléaire du Tricastin.
François Fillon en 2009, sur le site de la centrale nucléaire du Tricastin. (PHILIPPE MERLE / AFP)
avatar
franceinfoAnne-Laure BarralRadio France

Mis à jour le
publié le

François Fillon aime rappeler qu'il était Premier ministre au moment du Grenelle de l'environnement, en 2007. En 2012, il cumule même le poste de Premier ministre avec celui de ministre de l’Environnement, après le départ de Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour autant, ses détracteurs n'hésitent pas à pointer la faiblesse du projet environnemental du candidat de la droite à l'élection présidentielle. Il existe toutefois une partie dans son programme, 12 pages en tout, intitulée Environnement et transition énergétique. Que propose t-il exactement ?

Sauver le climat grâce au nucléaire

François Fillon se présente comme un défenseur du climat. "Je considère qu’il est de notre devoir de laisser à nos enfants et petits enfants cette planète dans un état environnemental aussi bon, voire meilleur, que celui qui nous a été légué par les générations précédentes", déclare t-il sur son site internet de campagne. D'après lui, le climat peut être sauvé grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables : il préconise de fermer les centrales à charbon, de prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires jusqu’à 60 ans et de sauver la centrale de Fessenheim, sauf bien sûr ordre contraire de l’Autorité de sûreté nucléaire. Le nucléaire, d'après François Fillon est une énergie "propre, un atout économique stratégique en termes d’indépendance"

Toutefois, d'autres prises de position du candidat de la droite semblent moins cohérentes avec la défense du climat : il se positionne notamment pour la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes, et il estime qu'il est "criminel" de se passer des recherches sur les gaz de schiste. 

Mettre fin au principe de précaution

C'est l'une des propositions fortes de François Fillon : supprimer ce principe juridique, inscrit dans notre Constitution sous Jacques Chirac en 2005, qui demande au gouvernement de prendre des mesures de protection de la santé ou de l’environnement. Un principe qui, aujourd’hui, bride l’innovation, et qui est un prétexte à l’inaction selon François Fillon. "Les thèmes relatifs à l’environnement, à l’énergie, au développement durable ne sont pas pour moi des thèmes idéologiques, explique le candidat de la droite. Ils ne doivent pas non plus constituer des contraintes"Les entrepreneurs doivent, par exemple, faire des études d’impact de leur projet avant de les lancer. Ce principe retarde également le développement des éoliennes, ou encore celui des OGM, d'après le candidat à l'élection présidentielle. François Fillon propose de le remplacer par "un principe de responsabilité".  

Le candidat de la droite se dit aussi favorable à la levée des contraintes dans l'agriculture, sans préciser s’il s’agit de supprimer les normes sur le bien-être animal ou les nitrates.