Perquisition au siège des Républicains dans une enquête liée aux législatives de 2012

Selon des sources au sein de la direction, il s'agit d'une "affaire entre candidats". Pour le site Mediapart, l'un d'eux serait Claude Guéant. 

Des policiers attendent dans le hall du siège du parti Les Républicains, le 14 décembre 2015, dans le 15e arrondissement de Paris. 
Des policiers attendent dans le hall du siège du parti Les Républicains, le 14 décembre 2015, dans le 15e arrondissement de Paris.  (MAXPPP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des policiers de la brigade financière ont débarqué au siège des Républicains, à Paris. Une perquisition a été menée, lundi 21 mars dans la matinée, dans les locaux du 15e arrondissement de la capitale. Elle intervient dans le cadre d'une enquête sur "une affaire entre candidats" aux élections législatives de 2012, a indiqué la direction du parti, sans donner davantage de précisions.

Si le parti n'a donné aucun nom sur les candidats visés, Mediapart (accès payant) avance quelques pistes. Selon le site, l'affaire concerne Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et candidat malheureux aux législatives de 2012 dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine. Mais aussi Pierre-Christophe Baguet, le maire de Boulogne-Billancourt. 

Un tract de soutien à Guéant payé par les contribuables ?

Selon Mediapart, Pierre-Christophe Baguet avait renoncé à se porter candidat pour une réélection à l'Assemblée nationale. Il avait expliqué son soutien à Claude Guéant dans un courrier adressé à ses administrés et payé sur "ses deniers personnels". Or, l'impression de ce tract aurait en réalité été acquitté à hauteur de 20 000 euros par la municipalité. Le parti - à l'époque l'UMP - a pris en charge les 10 000 euros restants. C'est ce qu'a révélé Le Parisien, en 2014.

L'avocat de la ville de Boulogne-Billancourt a démenti ces informations, assurant qu'une facture avait été adressée "à l'UMP des Hauts-de-Seine, qui a transmis à l'UMP nationale". Pour le site d'investigation, les enquêteurs sont venus chercher ce fameux document.