Droits à la retraite de Laurent Wauquiez : c'est une faille du système "indéfendable", dénonce Anticor

Laurent Wauquiez va cumuler 13 ans de droits la retraite pour deux mois de présence effective au sein du Conseil d'Etat. Ce qui est légal, mais "choquant et indéfendable", dénonce Jean-Christophe Picard, président de l'association anticorruption Anticor.

Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, le 3 septembre 2017, lors d\'un meeting alors qu\'il est en campagne pour la présidence des Républicains.
Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, le 3 septembre 2017, lors d'un meeting alors qu'il est en campagne pour la présidence des Républicains. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"C'est une faille du système dont certains [les élus locaux] profitent et qu'il faut corriger." Jean-Christophe Picard, président de l'association anticorruption Anticor, est revenu, jeudi 14 septembre sur franceinfo, sur la situation de Laurent Wauquiez. Le président du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, placé en détachement du Conseil d'État depuis 2004, vient d'être prolongé pour cinq ans, lundi 4 septembre. Depuis 2004, le candidat à la présidence des Républicains n'a occupé son poste que pendant deux mois. Pour autant, cela va lui permettre de cumuler 13 ans de droits à la retraite.

franceinfo : La pratique est légale, mais est-elle morale ?

Jean-Christophe Picard : C'est une pratique que l'on connaît depuis longtemps. Elle est assez choquante et bénéficie surtout aux élus locaux. Ils peuvent être en détachement et continuer à bénéficier de leur droit à la retraite. Mais, ce n'est pas le seul problème. L'autre problème est la possibilité, pour les élus, de cumuler d'autres retraites. Il n'y a pas de plafond concernant les retraites des élus, contrairement aux activités privées qui sont plafonnées.

La loi Cahuzac sur la moralisation de la vie politique oblige les parlementaires et les ministres à se mettre en disponibilité. Faut-il l'élargir aux élus locaux ?

C'est évident. Quand on est mis en disponibilité, les droits à la retraite sont gelés. C'est normal. Je ne vois pas pourquoi cela concernerait uniquement les parlementaires et les anciens membres du gouvernement, mais pas les élus locaux. C'est une faille du système dont certains profitent et qu'il faut corriger. Il faut imposer un cadre législatif aux élus locaux et limiter le cumul de retraites liées au mandat, car il favorise le cumul des mandats.

Les élus de la fonction publics sont-ils favorisés ?

Absolument. On oublie que les fonctionnaires élus ont un statut qui leur permet de retrouver leur emploi à terme. C'est un avantage indéniable. Mais, ce qui est choquant, c'est cette affaire de détachement qui leur permet, en plus, de bénéficier de la retraite. C'est choquant et indéfendable. Il y a encore beaucoup à faire pour moraliser les retraites des élus.