Les députés en ont marre des manifestations sous leurs fenêtres

Le président de l'Assemblée nationale a saisi le préfet de police de Paris après avoir été "saisi par une soixantaine" de députés dérangés par les "nuisances sonores" des manifestants. 

Une manifestation devant l'Assemblée nationale à Paris, le 5 février 2008. 
Une manifestation devant l'Assemblée nationale à Paris, le 5 février 2008.  (PIERRE VERDY / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Klaxons, vuvuzelas ou encore slogans scandés par la foule... Les députés en ont marre des manifestations organisées sous leurs fenêtres et surtout du bruit qu'elles provoquent. Le président de l'Assemblée nationale a dû saisir le préfet de police de Paris pour éviter ces "nuisances sonores" devant l'Assemblée nationale. Claude Bartolone assure avoir été "saisi par une soixantaine" de députés, rapporte le site de La chaîne parlementaire (LCP). 

La petite place Edouard Herriot, à côté du palais Bourbon, est en effet le lieu de prédilection des manifestants. Le préfet assure avoir demandé à ses services "de sensibiliser les déclarants de manifestations sur la nécessité de ne pas utiliser de moyens sonores les jours de forte activité parlementaire, les mardis et mercredis", les jours où les députés sont en séance. Si les manifestants ont l'intention "d'utiliser des moyens sonores" ou d'être "un grand nombre de personnes", ils se verront proposer la possibilité d’aller sur l’esplanade des Invalides. Et s’ils refusent, le préfet n’exclut pas la possibilité de prendre "un arrêté d’interdiction".