Le socialiste Manuel Valls veut "déverrouiller les 35 heures"

On la croyait apaisée. La polémique sur les 35 heures vient d'être relancée... Manuel Valls, candidat aux primaires du PS pour la présidentielle de 2012, se dit favorable à une réforme de la loi créée par Martine Aubry. Une proposition qui va à contre-courant du parti socialiste.

(Radio France © France Info)
Radio France

Mis à jour le
publié le

"Travailler plus pour gagner plus". Manuel Valls reprend à son compte le fameux slogan de Nicolas Sarkozy. Le député socialiste de l'Essonne jette un pavé dans la mare, en proposant de "déverrouiller les 35 heures" : "Nous devons nous poser la question de l'augmentation du temps de travail" pour "relancer la croissance", assure Manuel Valls.

Après avoir dévoilé ses ambitions présidentielles et déclaré sa candidature aux primaires socialistes, le député de l'Essonne s'oppose frontalement à la patronne du PS : c'est en effet Martine Aubry qui a mené la réforme des 35 heures en 2000 quand elle était ministre du Travail du gouvernement Jospin.

La déclaration de Manuel Valls n'a pas échappé à la majorité... "Peut-être
qu'il faudrait que Martine Aubry parle avec Manuel Valls" glisse ainsi la ministre de l'Ecologie Nathalie
Kosciusko-Morizet. "Je note que Manuel Valls a le courage, parfois seul contre tous dans son
propre camp, de rejoindre les thèses que je défends" réagit pour sa part le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé.

Chez les économistes, le débat se poursuit. Selon les partisans de la loi, les 35 heures ont le mérite de consacrer les fonds publics - la réduction du temps de travail étant subventionnée - à l'embauche et à l'emploi. Pour eux, elles favorisent aussi l'emploi dans le tourisme et l'hôtellerie.
_ Les détracteurs de la loi estiment qu'elle pèse sur la
compétitivité et désorganise certains services publics. Ils
disent préférer subventionner les heures supplémentaires.