Le gouvernement lance un comparateur de tarifs bancaires sur internet

Le site, créé par le ministère des Finances, permet de comparer les prix pratiqués par plus de 98% des établissements bancaires. Il entend favoriser la concurrence.

Capture d'écran du site tarifs-bancaires.gouv.fr, lancé lundi 1er février par le gouvernement.
Capture d'écran du site tarifs-bancaires.gouv.fr, lancé lundi 1er février par le gouvernement. (TARIFS-BANCAIRES.GOUV.FR)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a annoncé, lundi 1er février, le lancement d'un site public et gratuit permettant de comparer les prix pratiqués par la quasi-totalité des établissements bancaires, pour des opérations simples. L'objectif est de favoriser la "bonne transparence" et la concurrence entre banques.

Annoncé en mai dernier, ce comparateur en ligne, disponible à l'adresse www.tarifs-bancaires.gouv.fr, est mis à jour toutes les semaines. Son rôle est de répertorier les tarifs d'environ 150 établissements bancaires, soit plus de 98% du marché. Il "permettra à tout le monde de comparer gratuitement les tarifs des services de base, comme les virements, les prélèvements ou les cartes bancaires afin de faire en sorte que la concurrence s'exerce dans de bonnes conditions", s'est félicité Michel Sapin.

Faciliter la mobilité bancaire

La consultation du comparateur est "totalement anonyme", les données "totalement homogènes, sans la volonté d'avantager qui que ce soit", a souligné le ministre lors de la présentation du comparateur à la presse, insistant sur "l'impartialité" du site. L'idée est de permettre aux clients d'une banque de pouvoir "facilement changer de banque si les prix ou les services ne lui conviennent pas".

Pour faciliter cette mobilité bancaire, une mesure de la loi Macron, adoptée en août 2015, "permettra au consommateur, dès le 7 février 2017, de changer d'établissement sans aucune démarche administrative en dehors d'un mandat qu'il devra donner à sa nouvelle banque", a-t-il ajouté. Il incombera alors au nouvel établissement bancaire de "simplifier les choses, de changer les adresses pour ce qui est des prélèvements et des versements automatiques", ce service devant être "amélioré" et rester "totalement gratuit", a garanti le ministre.

Favoriser les paiements par carte

Autre priorité pour le ministère : le développement du paiement par carte, "en particulier pour les petits montants", qui doit se traduire par une baisse des frais facturés aux commerçants pour tout paiement par carte. Michel Sapin a annoncé avoir "demandé aux banques de faire un effort pour abaisser significativement les commissions facturées" aux commerçants pour qu'ils "aient encore moins de raisons de refuser le paiement par carte bancaire au premier euro". La renégociation des contrats entre banques et commerçants doit se matérialiser d'ici à la fin du premier semestre 2016, a indiqué le ministre des Finances.