Les élections, un jackpot pour LREM et MoDem, la banqueroute pour PS, LR et EELV

Après les résultats des élections, les grands partis historiques encaissent le coup sur le plan financier tandis que d'autres partis, plus récents ou plus petits, se frottent les mains.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est une conséquence directe des dernières élections. Le PS et les Républicains, partis historiques, voient leurs revenus s'effondrer. En dotation publique, chaque parti reçoit 1,42 euro par voix obtenue et 38 000 euros par député élu. Alors, avec seulement trente députés à l'Assemblée nationale, le PS va connaître la plus forte baisse d'aides publiques, de 25 à 7 millions d'euros. Certains parlent déjà de restructurations et de ventes de biens immobiliers.

LREM, nouveau riche

Pour les Républicains, déjà très endettés, la situation est moins catastrophique, mais le parti perd 5,6 millions d'euros et pourrait être obligé de vendre son siège. Pour EELV, qui n'a plus qu'un élu, on parle de faillite. Au MoDem, la situation est florissante. Quant à La République en marche, partie de rien l'an dernier, avec ses 306 députés et plus six millions d'électeurs, c'est désormais le parti le plus doté.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo du Parti socialiste, photographié le 29 janvier 2017 au siège du parti, à Paris.
Le logo du Parti socialiste, photographié le 29 janvier 2017 au siège du parti, à Paris. (MAXPPP)