Législatives: difficile de trouver les candidats socialistes sur les affiches

Alors qu’en 2012 les affiches des candidats socialistes aux élections législatives étaient claires, aujourd’hui on s’y retrouve pas toujours.

Voir la vidéo
avatar
Brut.franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

 "Candidat à la majorité présidentielle" : cette phrase est inscrite sur de nombreuses affiches de candidats aux élections législatives. Pourtant, certains d’entre eux ne sont pas investis par La République en marche, c’est notamment le cas de Marisol Touraine.

Investie par le PS, elle se présente sans y faire référence nul part, à la place trône sur son annonce : "candidate de la majorité présidentielle avec Emmanuel Macron". Écoeurés, plusieurs militants socialistes de sa circonscription ont décidé d’appeler à voter pour la candidate Europe Écologie-Les Verts.

 

Plusieurs affiches du même type

 

Etonnant aussi, le cas d’Erwann Binet. Alors que lui aussi est investi par le PS, aucune référence au parti n’est visible sur sa pancarte. À la place, on voit le candidat en train de serrer la main d’Emmanuel Macron. Ce qui est étonnant sachant que son adversaire est investie par la République En Marche.

Avec Manuel Valls c’est encore plus compliqué. En 2012, il présentait clairement le logo du PS, aujourd’hui le candidat n’a été ni investi par le PS ni par la République En Marche. Pourtant, en haut de son affiche, est inscrit en majuscules : "majorité présidentielle".

 "Il y a une petite quinzaine de candidats qui s’affichent avec la formule majorité présidentielle, ce qui n’est pas la position du Parti socialiste et, dedans, deux personnalités qui n’ont pas l’investiture du PS, Manuel Valls et Malek Boutih", résume le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

 

 

 

Alors qu’en 2012 les affiches des candidats socialistes aux élections législatives étaient claires, aujourd’hui on s’y retrouve pas toujours.
Alors qu’en 2012 les affiches des candidats socialistes aux élections législatives étaient claires, aujourd’hui on s’y retrouve pas toujours. (Brut)