Instant détox : les députés LREM représentent-ils fidèlement le peuple français ?

Alors que La République en marche a déferlé au palais Bourbon, l'assemblée parlementaire se voit profondément renouvelée avec un grand nombre de députés jusqu'alors novices en politique..

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Au sein de La République en marche, on a réussi à réunir une certaine diversité", s'était vanté le secrétaire d'Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, désormais élu député de la 16e circonscription de Paris. "Moi, je suis d'accord", acquiesce une passante interrogée par franceinfo. "La candidate de ma circonscription est noire, et j'habite dans un quartier où il y avait beaucoup de noirs, des Français", explique-t-elle.

Pas de quoi tirer de conclusions catégoriques, mais une première impression positive. "Il a sélectionné aussi beaucoup de femmes", note-t-elle. Et en effet, le parti présidentiel a investi davantage de femmes que d'hommes lors des législatives, et celles-ci constituent désormais 38,65% de l'Assemblée nationale. Également, la moyenne d'âge des candidats de La République en marche était de 47 ans, soit bien inférieure à celle de la précédente législature.

Davantage de femmes et de jeunes

"J'ai l'impression qu'il y a plus de gens qui viennent de la société civile", se satisfait un autre passant interrogé. Le journaliste Julien Pain confirme ses dires : "Effectivement, dans le parti, il y a beaucoup plus de gens du privé que de la fonction publique, et ça c'est un vrai changement. Il y a aussi plus d'ingénieurs que d'énarques".

En revanche, l'intégration des classes les plus populaires se fait encore attendre à l'Assemblée. En effet, 68,6% des candidats En marche ! proviennent des classes supérieures, 23% des classes moyennes, et seulement 8,8% des classes populaires. "Dans l'absolu, c'est bien que tout le monde soit représenté, mais on ne peut peut-être pas tout faire en même temps, changer les visages et avoir une représentation parfaite", estime un homme au micro de franceinfo.

Clairement, le renouvellement voulu par Emmanuel Macron était davantage basé sur l'intégration de davantage de jeunes et de femmes à l'Assemblée que sur celle de personnes provenant de classes populaires.

Des ballons tricolores à un meeting de La République en marche, le 7 juin 2017 à Paris.
Des ballons tricolores à un meeting de La République en marche, le 7 juin 2017 à Paris. (STEPHANE ALLAMAN / SIPA)