INFO FRANCEINFO. Une trentaine de parlementaires s'apprêtent à constituer un groupe En marche ! au Sénat

Les tractations sont toujours en cours pour faire grossir leurs rangs, mais une trentaine de sénateurs devraient bientôt annoncer la constitution d'un groupe pour soutenir l'action d'Emmanuel Macron.

Les sénateurs lors d\'une session au palais du Luxembourg, le 17 novembre 2016, à Paris.
Les sénateurs lors d'une session au palais du Luxembourg, le 17 novembre 2016, à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)
logo
Ilan CaroClément ParrotFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les sénateurs aussi se mettent En marche !. Une trentaine d'entre eux se préparent à annoncer la constitution d'un groupe destiné à soutenir Emmanuel Macron au Sénat. Selon les informations de franceinfo, l'ancien socialiste François Patriat est à la manœuvre et s'active avec son équipe pour réunir un maximum de sénateurs dans ce nouveau groupe politique.

"Le groupe est en préparation, mais c'est un peu le bordel", confirme une source au Sénat. "Il faut aller chercher les mecs un par un et certains, qui craignent pour leur réélection, attendent de voir ce qu'il va se passer." Il y aurait, toujours selon cette source, une trentaine de sénateurs prêts à s'engager, avec une majorité de socialistes mais aussi avec des centristes.

L'idée, c'est de ne pas avoir un groupe PS-En marche !, mais d'agréger des sénateurs de toute les sensibilités.

Une source sénatoriale

à franceinfo

Interrogé par franceinfo, le chef de file des sénateurs socialistes, Didier Guillaume, confirme que l'information circule dans les couloirs et qu'il en discute avec ses collègues : "Ils disent qu'ils veulent voter tous les textes. Moi je leur réponds que le rôle d'un parlementaire, c'est peut-être de tout voter, mais c'est surtout de tout amender !"

"Tout va bouger après les législatives"

Les sénateurs doivent communiquer sur leur initiative après les législatives. Et ils comptent d'ailleurs sur la nouvelle donne à venir à l'Assemblée nationale pour accélérer la recomposition au Sénat. "Tout va bouger après les législatives, car il y a des républicains macronisables", confie la même source au Sénat. Selon un sénateur socialiste, il pourrait y avoir 17 ou 18 parlementaires socialistes tentés par l'aventure, mais peu de radicaux de gauche : "Les radicaux ont dit 'non', Jacques Mézard [le ministre de l'Agriculture] leur a dit de garder leur groupe." 

La trentaine de sénateurs compte beaucoup sur les parlementaires du groupe UDI pour venir renforcer les troupes, mais cela ne s'annonce pas gagné, selon le sénateur Michel Mercier : "On aura un débat la semaine prochaine. Une bonne partie des sénateurs veulent entrer dans la majorité présidentielle, mais à ma connaissance, personne ne souhaite entrer dans un groupe En marche !" L'ancien ministre de la Justice estime que tout se jouera fin juin au moment de la constitution des groupes parlementaires à l'Assemblée nationale.