Agression d'un cadre socialiste : le député LREM M'jid El Guerrab est placé en garde à vue

Le député LREM M'jid El Guerrab a été placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'altercation avec Boris Faure. L'élu a décidé de renoncer à son immunité parlementaire. 

Le député LREM M\'jid El Guerrab, le 20 juin 2017 à l\'Assemblée nationale.
Le député LREM M'jid El Guerrab, le 20 juin 2017 à l'Assemblée nationale. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le député LREM M'jid El Guerrab a été placé en garde à vue vendredi 1er septembre, à 15 heures, dans le cadre de l'enquête sur l'altercation qu'il a eue mercredi avec Boris Faure, premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l'étranger, annonce son avocat à franceinfo. L'élu a décidé de renoncer à son immunité parlementaire et de se rendre au commissariat en début d'après-midi.

J'ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM

M'jid El Guerrab

sur son compte Facebook

"Suite à l'altercation que j'ai eue avec M. Boris Faure, j'ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM afin de permettre à l'enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s'est passé. Je souhaite naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure" écrit, par ailleurs, M'jid El Guerrab sur son profil Facebook.


M'jid El Guerrab est accusé par Boris Faure de l'avoir frappé avec un casque de moto, mercredi 30 août à Paris. Le cadre de la fédération socialiste des Français de l'étranger a dû être opéré en urgence et hospitalisé en soins intensifs. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour violences aggravées contre le député d'En Marche ! Selon M'jid El Guerrab, Boris Faure lui aurait proféré des insultes racistes, ce que dément le concerné. 

Le député sera convoqué par son parti la semaine prochaine : "On doit l'écouter, l'entendre avant de se prononcer sur une éventuelle sanction, c'est le minimum de respect de procédure" a déclaré sur franceinfo Arnaud Leroy, porte-parole de la République en marche.