La prolongation de l'état d'urgence évoquée comme "probable" par Hollande

François Hollande a évoqué aujourd'hui la prolongation de l'état d'urgence comme étant "tout à fait probable", lors de son entretien avec les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale Gérard Larcher et Claude Bartolone, qui a rapporté aux médias les propos du chef de l'Etat.

(Contestée par les défenseurs des droits de l'Homme mais approuvée assez largement par les citoyens, cette décision devrait être tranchée "dans les prochains jours" © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 Le président de la République a jugé  mercredi "tout à fait probable" que soit prolongé l’état d’urgence, lequel doit normalement expirer le 26 février prochain. Contestée par les défenseurs des droits de l'Homme mais approuvée assez largement par les citoyens, cette décision devrait être tranchée "dans les prochains jours", si l’on en croit les déclarations de l’entourage de François Hollande. François Hollande, confirmait ce mercredi après-midi Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale,  "a annoncé qu'il aurait l'occasion de communiquer très vite" à ce sujet.

L'Assemblée nationale comme le Sénat interrompront leurs travaux du 20 au 28 février : il s’agit donc pour le gouvernement de trouver une fenêtre parlementaire d'ici là, alors que le Parlement doit être saisi d'un texte présenté en Conseil des ministres avec l'avis préalable du Conseil d'État.

Votée à la quasi-unanimité par le Parlement au lendemain des attentats du 13 novembre, la première prolongation de l'état d’urgence pour trois mois, au-delà des douze jours initiaux, devait normalement expirer le 26 février.