Législatives : quand Les Républicains et le Front national investissent des femmes dans des circonscriptions ingagnables

Le pourcentage de femmes investies par les deux partis explose là où François Fillon et Marine Le Pen ont réalisé leurs moins bons scores respectifs à la présidentielle.

logo
Nicolas EnaultThomas BaïettoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les femmes sont-elles envoyées au casse-pipe aux législatives, les 11 et 18 juin ? Selon les calculs de franceinfo, Les Républicains et le Front national ont majoritairement investi des candidates dans les circonscriptions dans lesquelles François Fillon et Marine Le Pen ont enregistré leurs moins bons scores au premier tour de l'élection présidentielle. A l'inverse, les candidats sont largement majoritaires dans les circonscriptions les plus favorables.

Dans le cas des Républicains, 39% des 470 candidats investis sont des femmes. Ce chiffre passe à 56% lorsque l'on se cantonne aux 100 circonscriptions dans lequelles le candidat de la droite a enregistré ses scores les plus faibles le 23 avril dernier. La tendance est similaire au Front national : la parité est bien respectée, avec 49% de femmes sur les 560 candidats investis, mais elles sont 62% dans les circonscriptions les moins favorables au parti de Marine Le Pen.

A l'inverse, dans les 100 circonscriptions où François Fillon et Marine Le Pen ont réalisé leurs meilleurs scores, Les Républicains et le Front national ont fait la part belle aux hommes. Dans ces territoires plus favorables, seule une investiture sur trois est alors donnée à une femme chez LR (33%) et au FN (31%). La disparité existe également pour La France insoumise, mais dans une moindre mesure. Et chez En marche !, la différence est marginale.

"Il n'y a rien de délibéré", se défend le FN

Interrogé par franceinfo, Louis-Armand de Béjarry, secrétaire national aux élections et membre de la commission d'investitures du Front national, fait part de sa surprise. "Vous me l'apprenez, assure-t-il. Ce n'est vraiment pas quelque chose auquel on a pensé en commission. Il n'y a rien de délibéré."

On respecte strictement la règle de la parité.

Nicolas Bay

à franceinfo

"Ensuite, pour les investitures, le critère dominant est l'implantation locale, peut-être qu’il y avait plus d’hommes implantés dans nos zones de forces", justifie encore Nicolas Bay, directeur de campagne du FN pour les législatives.

Du côté des Républicains, un cadre évoque les "effets mécaniques" de la priorité donnée aux députés sortants. "Ce n'est pas qu'on ne veut pas donner ces circonscriptions à des femmes, c'est qu'il y a des sortants sur ces bonnes circonscriptions et que ce sont majoritairement des hommes", explique-t-il. Ce responsable préfère mettre en avant les efforts entrepris par son parti ces dernières années en matière de parité : "Sur le pourcentage de femmes, on a gagné 15 points en cinq ans. C'est encore insuffisant mais il y a un gros effort."