"La France en 2025" : Montebourg, Valls et les autres au pays des Bisounours

Pendant les vacances, François Hollande a demandé aux ministres de décrire leur vision de la France dans dix ans. "Le Point" s'est procuré plusieurs copies, toutes plus optimistes les unes que les autres.

Les ministres Christiane Taubira, Cécile Duflot, Hélène Conway, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Manuel Valls et Alain Vidalies quittent l'Elysée, le 6 mai 2013.
Les ministres Christiane Taubira, Cécile Duflot, Hélène Conway, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Manuel Valls et Alain Vidalies quittent l'Elysée, le 6 mai 2013. (MARTIN BUREAU / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il tenait à profiter de l'été pour prendre un peu de hauteur et de recul. Avant de partir en vacances, François Hollande a donné un devoir à ses ministres : exposer noir sur blanc leur vision de la France en 2025.

Le rendu des copies est attendu pour le séminaire gouvernemental de rentrée, lundi 19 août, mais certains élèves – Arnaud Montebourg, Manuel Valls, Christiane Taubira, Pierre Moscovici ou Cécile Duflot – ont déjà transmis leur composition au Point. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'optimisme est de rigueur.

Montebourg voit la France comme un fleuron industriel

Actuellement en charge du Redressement productif, Arnaud Montebourg fait le pari d'une France industrielle retrouvée : en 2025, notre pays aura su "retrouver sa place dans le concert des grandes nations industrielles". "Les relocalisations se seront accélérées", se félicite-t-il d'avance. Mieux encore, la France aura réussi à définir "un modèle français de production qui, après Ford et Toyota, fera figure de modèle mondial".

Dans l'automobile, "l'offre française en matière de véhicules électriques et sobres en énergie" sera "l'une des plus compétitives du monde". En matière d'aéronautique, la France figure "au premier rang mondial".  Dans l'agroalimentaire, la France aura "retrouvé les places perdues". Dans le numérique, Paris sera "une grande place d'innovation".

Et plus largement, "la modernisation du soutien public aux entreprises (...) aura permis à de nombreuses PME de croître pour devenir des grands groupes". Qui dit mieux ?

Moscovici vise le plein emploi

A Bercy, Pierre Moscovici affiche un optimisme semblable. "Le plein emploi, aujourd'hui inimaginable, est un objectif réaliste", estime le ministre de l'Economie. D'autant qu'en 2025, prédit-il, "les Européens resteront devant la Chine" en matière de créations de richesses.

Pour cela, Pierre Moscovici préconise de faire de l'Union européenne "une grande économie unifiée et dynamique, plutôt qu'une collection d'économies trop souvent désaccordées".

"En 2025, la France sera la référence mondiale en termes d'innovations sociales", écrit encore Pierre Moscovici. Enfin, sur le plan budgétaire, "la France aura pleinement recouvré sa souveraineté budgétaire". "Les comptes sociaux pourront être ramenés à l'équilibre", et "la France n'aura pas de difficultés à placer sa dette"

Valls évoque "des forces de l'ordre 3.0"

Place Beauvau, Manuel Valls imagine "des forces de l'ordre 3.0 efficaces, proches de la population et à la pointe des avancées technologiques (biométrie, intelligence artificielle, vidéo, équipements intelligents, etc.)". La France aura également "adapté" ses "structures de renseignement" pour lutter contre les trafics, la criminalité organisée, et les menaces terroristes. 

Concernant la modernisation de l'Etat, le ministre de l'Intérieur estime que d'ici à 2025, "le réseau des préfectures et des sous-préfectures doit évoluer". Et de laisser entendre le remplacement de certaines d'entre elles par "la création de maisons de l'Etat et le regroupement des services avec les collectivités territoriales". De plus en plus de procédures se traiteront via internet. 

Enfin, en matière d'immigration et d'intégration, Manuel Valls promeut "un islam de France", "une laïcité réaffirmée", et "une immigration organisée et régulée" en fonction des "besoins économiques et démographiques de notre pays".

Taubira prédit la fin des prisons surpeuplées

Sur le plan de la justice, Christiane Taubira prédit que la France aura réglé le problème du surpeuplement carcéral. Non pas en ayant construit de nouvelles prisons, mais grâce au "développement des peines alternatives à l'incarcération".

La réforme pénale, que Manuel Valls a vigoureusement critiqué ces derniers jours, aura "porté ses fruits", et "permis le prononcé de peines qui ont du sens, réparatrices pour les victimes, sanctionnant à sa juste mesure l'auteur de l'infraction et permettant l'insertion ou la réinsertion de ce dernier".

En 2025, rêve la garde des Sceaux, "les citoyens auront accès à une justice plus efficace, plus protectrice et plus proche d'eux". Prédire l'inverse eût été pour le moins étonnant.

Duflot promet que chercher un logement sera "plaisant"

Cécile Duflot, enfin, pronostique pour 2025 "un nouvel âge du logement". Actuellement en charge de ce dossier, la ministre écologiste veut croire que "chacun disposera d'un toit et d'un environnement de qualité". "Les logements vacants seront devenus très rares et les terrains publics délaissés inexistants. (...) La part du logement dans le budget des ménages aura reculé", ajoute-t-elle. 

Mieux, dans un optimisme à peine déconcertant, Cécile Duflot prédit que "l'accès à ces logements pour chacun ne sera plus un facteur de stress et d'incertitude, mais une étape plaisante de la vie". On est pressé d'y être.