Jean-Vincent Placé "assume" d'être un centriste

Le secrétaire d'Etat s'est défini comme tel, lundi, lors d'une interview sur France Info. L'ancien sénateur écologiste avait quitté EELV en août 2015.

Jean-Vincent Placé arrive à Matignon, à Paris, le 18 février 2016.
Jean-Vincent Placé arrive à Matignon, à Paris, le 18 février 2016. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Jean-Vincent Placé se place officiellement au centre. Le nouveau secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat et à la Simplification a reconnu ne pas avoir toujours assumé ce positionnement politique, lors d'un entretien sur France Info, lundi 7 mars.

L'ancien sénateur d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a appelé, lundi, à une "recomposition politique" qui permettrait de dresser des passerelles avec des personnalités de droite, comme Jean-Pierre Raffarin, Frédéric Lefebvre ou Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Je crois que je l'ai toujours été"

Un journaliste de France Info lui a alors demandé s'il se considérait comme un "nouveau centriste". "Je crois que je l'ai toujours été, mais moins assumé", a répondu Jean-Vincent Placé, qui a quitté EELV, un parti classé à gauche, en août 2015.

A l'époque, l'ancien sénateur avait évoqué sa volonté de se rapprocher de la majorité gouvernementale. Il a rejoint le gouvernement en même temps que deux autres écologistes, Barbara Pompili et Emmanuelle Cosse, cette dernière étant, jusque-là, secrétaire nationale d'EELV.