Jean-Luc Mélenchon annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2017

Candidat du Front de gauche en 2012, le cofondateur du Parti de gauche avait recueilli 11,13% des suffrages au premier tour de la présidentielle.

Le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon avant un dîner d'Etat à l'Elysée en présence du président cubain Raul Castro, le 1er février 2016.
Le cofondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon avant un dîner d'Etat à l'Elysée en présence du président cubain Raul Castro, le 1er février 2016. (ALAIN JOCARD / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le cofondateur du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, mercredi 10 février, sur TF1. "Oui, je propose ma candidature pour l'élection présidentielle", a-t-il répondu, interrogé à ce propos, estimant que "l'intérêt général doit prévaloir aujourd'hui". En annonçant sa candidature, il confirme donc qu'il ne participera pas à une éventuelle primaire à gauche. Jean-Luc Mélenchon dit vouloir "incarner la France insoumise et fière de l'être". 

Voir la vidéo

Il dénonce la "monarchie présidentielle"

Le candidat a déjà mis en place un site consacré à sa candidature, où il détaille un programme en sept points. Jean-Luc Mélenchon dénonce notamment ce qu'il nomme une "monarchie présidentielle" et propose à nouveau de fonder une VIe République. Dans une vidéo, il dénonce "le projet de marché commun entre les Etats-Unis et l'Europe [Tafta]", qui doit être finalisé en 2017.

S'il parvient à rassembler les 500 parrainages nécessaires à sa candidature, Jean-Luc Mélenchon participera pour la seconde fois à l'élection présidentielle. En 2012, candidat du Front de gauche (qui rassemblait notamment Parti de gauche et Parti communiste), il avait recueilli 11,13% des voix au premier tour, ce qui le plaçait en quatrième position, derrière Marine Le Pen (FN) et devant François Bayrou (MoDem).

Un refus de participer à une "primaire des gauches"

Jean-Luc Mélenchon a aussi clairement signifié qu'il refuse de participer à une  "primaire des gauches et des écologistes" auxquelles ont appelé diverses personnalités (l'économiste Thomas Piketty, l'écologiste Cécile Duflot, le député européen Daniel Cohn-Bendit ...).

"Moi, pour l'instant, la seule primaire dont je suis sûr, c'est le premier tour de l'élection présidentielle. Je me prépare à ce qui est sûr, une élection. Et moi, dans cette élection, je ne m'occupe pas de toute cette petite scène. Je veux représenter, incarner la France insoumise et fière de l'être", a-t-il dit, balayant également la primaire de "toute la gauche" à laquelle appelle le Parti socialiste.

Il s'est apparemment décidé sans en discuter avec les communistes, ses alliés au sein du Front de Gauche, selon Olivier Dartigolles. Le porte-parole du PCF a assuré à l'AFP que la "proposition" de candidature à la présidentielle de Jean-Luc Mélencho n'avait été "ni discutée ni décidée" avec le Parti communiste.