Le Pen, Bayrou, Mélenchon… Ces candidats épinglés sur leurs comptes de campagne

La présidente du FN s'est vu refuser le remboursement de près de 700 000 euros de dépenses de sa campagne présidentielle. Mais d'autres candidats ont été épinglés.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse à Paris, le 12 octobre 2013.
La présidente du Front national, Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse à Paris, le 12 octobre 2013. (LCHAM / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Proche du peuple et toujours les mains propres, Marine Le Pen s'est tout de même pris une volée de la part du Conseil constitutionnel lors de l'examen de ses comptes de campagne", raille Le Canard enchaîné. Dans son édition du mercredi 23 octobre, l'hebdomadaire révèle que "plus d'un demi-million de factures" ont été refusées à la présidente du FN au titre de la campagne présidentielle de 2012.

Le rapport d'activité de la Commission nationale des comptes de campagne confirme que les comptes de campagne de Marine Le Pen ont en effet été amputés de "696 965 euros" sur plus de 9 millions d'euros (soit 7,66% du total), mais il épingle également d'autres candidats.

Les petits fours de Marine Le Pen

Selon Le Canard enchaîné, parmi les dépenses que Marine Le Pen espérait se faire rembourser figurent notamment deux nuits passées à l'hôtel Méridien de Nice (Alpes-Maritimes), à l'occasion de l'université d'été du FN, en septembre 2012, pour un montant de 1 363,80 euros.

Les dépenses liées à l'université d'été elle-même ont également été retoquées, pour un montant total de 102 442 euros, la Commission estimant que cet événement n'avait rien à voir avec la présidentielle. Idem pour une soirée organisée en juin 2011 afin de constituer un comité de soutien, pour un montant total de 131 173 euros. Dont 22 438 euros de petits fours. Le Canard enchaîné ajoute que Marine Le Pen a également tenté de se faire rembourser le paiement de ses propres agents de sécurité, alors que des policiers étaient à sa disposition durant la période électorale. 

Ces ajustements décidés par la Commission ne devraient pas porter préjudice au compte en baque du Front national. En effet, Marine Le Pen a obtenu le remboursement maximum de 8 millions d'euros destiné aux candidats ayant fait plus de 5% au premier tour de l'élection présidentielle.

Les autres candidats épinglés

D'autres candidats ont aussi vu leurs comptes "réformés", c'est-à-dire validés mais retouchés. François Bayrou (MoDem) s'est ainsi vu refuser 249 955 euros de factures, soit 3,55% de ses dépenses totales.

Vient ensuite François Hollande, qui a subi un rabotage de 154 481 euros de ses comptes (0,48%), puis Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) à hauteur de 137 653 euros (1,45%). De son côté, le candidat souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a vu ses comptes retranchés de 133 812 euros, soit 10,81%.

Le rapport d'activité de la Commission va rappeler de mauvais souvenirs à la famille UMP. Pour mémoire, le Conseil constitutionnel avait confirmé en juillet dernier le rejet de l'intégralité des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy au motif qu'ils dépassaient le plafond autorisé. Une décision qui a contraint l'UMP à lancer une souscription pour rembourser la somme de 11 millions d'euros.