VIDEO. Obligation d'aller à "McDo", fin des "tournées au bar"... Des députés s'opposent à la suppression de l'IRFM

Le projet de loi de moralisation de la vie publique prévoit de remplacer l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) par un système de notes de frais. De quoi faire bondir certains députés.

Voir la vidéo
avatar
Robin PrudentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"A partir du moment où vous ne présentez pas que des factures de McDo, toutes vos factures vont être rejetées." Le député de La République en marche Alain Tourret est inquiet pour ses déjeuners. La raison ? Le gouvernement prévoit de remplacer l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM), qui s'élève à 5 770 euros brut par mois et par député, par un système de notes de frais. "C’est extraordinairement dangereux", a-t-il martelé face à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, devant la commission des lois de l'Assemblée nationale, mercredi 19 juillet.

Inquiétude sur les notes de frais

Il n'est pas le seul député à avoir exprimé ses craintes face à cette mesure phare du projet de loi de moralisation de la vie publique. "C’est véritablement une foultitude de choses pour lesquelles on ne peut pas avoir de justificatifs, a estimé le député LR Sébastien Huyghe. Notre collègue Philippe Gosselin a évoqué les kermesses, les tombolas, les tournées payées au bar de ces fêtes d’associations qui sont aussi indispensables dans la fonction de représentation du parlementaire."

Quelles dépenses liées à l’exercice du mandat seront remboursées avec ce nouveau système ? Voilà qui inquiète de nombreux députés. "Est-ce que les costumes sont imputables ? Et jusqu’à quelle limite par costume ou par robe pour nos chères collègues ?", a ainsi demandé, le député UDI Charles de Courson.

Alain Tourret, député LREM, le 5 novembre 2013 à l\'Assemblée nationale.
Alain Tourret, député LREM, le 5 novembre 2013 à l'Assemblée nationale. (JACQUES DEMARTHON / AFP)