DIRECT. L'Assemblée nationale vote la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe, à une large majorité

Le Premier ministre a prononcé à 15 heures son discours de politique générale devant l'Assemblée nationale. 

Voir la vidéo
avatar
Ilan CaroElise LambertCatherine FournierFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Au lendemain de l'intervention solennelle d'Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles, le Premier ministre, Edouard Philippe, a demandé mercredi 4 juillet la confiance de l'Assemblée nationale après avoir détaillé les projets de l'exécutif dans un discours de politique générale. Sans surprise, les députés lui ont accordé cette confiance à une large majorité, 370 votes pour, 67 votes contre et 129 abstentions.

Un vote record. Ce résultat est à la fois le plus faible nombre de votes contre sur un discours de politique générale depuis 1959 et un record d'abstentions. C'est aussi la plus forte majorité obtenue sur un tel vote depuis la période 1993-1997, où Édouard Balladur, puis Alain Juppé, avaient bénéficié d'une majorité supérieure à 450 sièges.

Plusieurs réformes de santé. Le Premier ministre a confirmé que les vaccins infantiles aujourd'hui seulement recommandés "deviendront obligatoires" en 2018. Outre la hausse du prix du paquet de cigarettes à 10 euros, Edouard Philippe a également annoncé que les lunettes, soins dentaires et aides auditives seront "sans reste à charge" d'ici 2022.

Une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice sera présentée au Parlement en 2018. Elle "permettra à la garde des Sceaux d'engager un vaste mouvement de dématérialisation, de simplification et de réorganisation", a assuré le Premier ministre.

 Des mesures "pour le pouvoir d'achat". La concertation sur la réforme de la taxe d'habitation, promesse d'Emmanuel Macron, sera mise en œuvre "d'ici la fin du quinquennat". L'allocation adulte handicapé et le minimum vieillesse seront revalorisés "dès 2018".

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#PHILIPPE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PHILIPPE

22h11 : Il est temps de refaire un point sur l'actualité :

• Le Premier ministre Édouard Philippe a obtenu une large confiance de l'Assemblée nationale, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions. C'est le plus faible nombre de votes contre sur un discours de politique générale depuis 1959, ainsi qu'un record d'abstentions.

• Le Slovaque Peter Sagan a été exclu du Tour de France. Il luiest reproché d'avoir donné un coup de coude au Britannique Mark Cavendish qui a chuté dans le sprint de la 4e étape du Tour de France, remportée par le France Arnaud Démare.

• La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon a décidé de maintenir en détention Murielle Bolle, mise en examen pour enlèvement dans l'affaire Grégory, mais elle n'a pas l'intention "de la garder longtemps" en prison, selon son avocat.

20h39 : Handspinner, autruche, Code du travail…En marge du discours de politique générale d'Edouard Philippe, certaines scènes insolites vous ont peut-être échappé. Franceinfo vous les raconte dans cet article.

20h11 : Qui est Laetitia Avia, la député LREM longuement saluée par Edouard Philippe pendant son discours ? Passée par les conventions ZEP mises en place par Sciences Po Paris, la jeune députée a connu Emmanuel Macron il y a bientôt dix ans. Notre journaliste Vincent Matalon dresse son portrait.

La députée LREM Laetitia Avia lors de la campagne des législatives, le 18 mai 2017 à Paris.

(THOMAS SAMSON / AFP)

20h02 : Au groupe Nouvelle gauche (ex-PS), 23 se sont abstenus tandis 5 ont voté contre (dont Luc Carvounas, Régis Juanico et Boris Vallaud) et 3 pour (Guillaume Garot, David Habib et Hélène Vainqueur-Christophe).

20h02 : @Anonyme Ce que je peux vous dire, c'est qu'au sein du principal groupe d'opposition, Les Républicains, dont est issu Édouard Philippe, 75 députés sur 100 se sont abstenus, même leur président. La France insoumise, avec ses 17 membres, a été le seul groupe unanimement contre. Douze des 16 élus du groupe communiste ont également voté contre, tout comme les huit députés FN ou Nicolas Dupont-Aignan.

19h50 : "Nous ne voulons pas être seulement votre opposition, nous nous présentons comme l'alternative au monde que vous représentez. il faut qu'il y en ait une, car le sol se dérobera bientôt sous vos pieds", a lancé Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, au Premier ministre après son discours de politique générale.


19h41 : Le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, a débuté sa réponse au Premier ministre par une attaque personnelle contre celui qui était il y a quelques mois un membre de son parti. "J'espère qu'en vous regardant dans la glace, il vous arrive de songer à vos anciens collègues dont votre nomination a contribué à la perte", a-t-il notamment lancé. Regardez et écoutez :




19h13 : "Je ne prends en aucune façon cette confiance comme un blanc-seing. Je remercie l'ensemble des députés qui l'ont votée, je respecte évidemment ceux qui ne l'ont pas fait."

Le Premier ministre Édouard Philippe a obtenu une large confiance de l'Assemblée nationale, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions. C'est le plus faible nombre de votes contre sur un discours de politique générale depuis 1959, ainsi qu'un record d'abstentions.

19h07 : Si vous l'aviez loupée, voici la séquence où Edouard Philippe demandait la confiance des députés. Parmi eux, 370 la lui ont donc accordée.




18h55 : Sur les 566 votants, 437 se sont exprimés et 129 se sont abstenus.

18h55 : L'Assemblée nationale a approuvé le discours de politique générale du Premier ministre, à 370 votes pour et 67 votes contre.

18h31 : Si vous avez loupé le discours de politique générale du Premier ministre, voici ses déclarations sur l'écologie, l'énergie et le transport.



18h05 : Il est 18 heures, voici le point sur l'actualité :

• Edouard Philippe a décliné la feuille de route de l'exécutif, avec de nombreuses annonces en matière d'éducation, de santé et surtout de budget, au lendemain de l'intervention axée sur les institutions d'Emmanuel Macron devant le Congrès. Vous pouvez revoir l'intégralité de son discours, ici.

• Le champion de France Arnaud Démare (FDJ) a enlevé au sprint la 4e étape du Tour de France, à Vittel, son premier succès dans la Grande Boucle. Le Britannique Geraint Thomas (Sky) conserve le maillot jaune malgré une chute dans le final.

• La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon a décidé de maintenir en détention Murielle Bolle, mise en examen pour enlèvement dans l'affaire Grégory, mais elle n'a pas l'intention "de la garder longtemps" en prison, selon son avocat.

• Richard Gasquet s'est incliné à Wimbledon face à l'Espagnol David Ferrer. Gilles Simon et Gaël Monfils se sont qualifiés pour le 2e tour en battant respectivement le Chilien Nicolas Jarry et l'Allemand Daniel Brands.

17h47 : "Si vous voulez moraliser la vie politique du pays, alors châtiez les corrupteurs. Chassez les fraudeurs du fisc.(...) Bref, limitez de toutes les façons possibles le pouvoir de l'argent. Le référendum révocatoire, voilà le moyen d'installer la démocratie", poursuit Jean-Luc Mélenchon.




(Martin BUREAU / AFP)

17h42 : "Nous ne voterons pas le soutien au gouvernement. Vous le saviez. (...) Nous nous présentons comme l'alternative au monde que vous présentez", déclare Jean-Luc Mélenchon, chef du groupe parlementaire de La France insoumise, devant l'Assemblée.

17h04 : Le handspinner fait son entrée dans l'hémicycle grâce à @MarieLebec78, voisine de @manuelvalls #DirectAN

17h16 : On ne l'avait pas vu ! D'après cette journaliste de Radio Classique, Marie Lebec, députée LREM des Yvelines, a apporté son handspinner à l'Assemblée nationale.

16h54 : Impôts, santé, éducation... Voici ce qu'il faut retenir du discours de politique générale d'Edouard Philippe.

17h00 : Le Canard enchaîné a profité du discours de politique générale d'Edouard Philippe pour annoncer, sur Twitter, les gros titres de son édition à paraître demain. Elle semble spécialement orientée vers le gouvernement avec, au programme, de nouvelles révélations sur le déplacement à Las Vegas d'Emmanuel Macron ainsi que des enquêtes sur la ministre des Armées, Florence Parly, et sur Nicolas Hulot.

16h33 : A peine Ferrand prend il la parole qu'on entend "et les mutualistes!" depuis les bancs de LR #DirectAN

16h33 : Depuis que Richard Ferrand a pris la parole, les élus sont moins disciplinés. "Et les mutualistes !", lance-t-on du côté des députés Les Républicains, en référence à l'affaire qui poursuit le patron de la majorité LREM. Il est soupçonné d'avoir, lorsqu'il était directeur général des Mutuelles de Bretagne, permis à sa compagne de faire une opération immobilière très avantageuse.

16h20 : Qui de @GillesBoyer ou de @solere92 a parié avec Edouard Philippe qu'il n'était pas cap' de mettre le mot "autruche" dans son discours?

16h20 : Vous vous êtes déjà amusé à placer un mot absurde dans une conversation ou une prise de parole ? Lors de son allocution, Edouard Philippe a parlé d'"autruche", ce qui ne manque pas d'amuser les journalistes politiques.










16h19 : Les bancs du PS se vident alors que leur ancien collègue socialiste Richard Ferrand prend la parole. #EdouardPhilippe #DirectAN

16h18 : Les présidents de groupe vont désormais s'exprimer. Le président du groupe LREM, Richard Ferrand, prend la parole.

16h17 : "J'ai l'honneur d'engager la responsabilité du gouvernement sur la présente déclaration de politique générale." Le Premier ministre termine son discours. Un vote des députés va avoir lieu.

16h12 : "Soyons conquérants. L'évolution du monde donne toutes ses chances à la France, parce que ce nouveau monde a besoin de science et de raison, d'ordre et de loi, de technologies et de culture, de dialogue et de solidarité. Et la France, c'est tout cela."

16h10 : "Ceux qui, par égoïsme ou inconscience, tournent le dos à l'accord de Paris" dit Philippe. "Vous l'avez invité au 14 juillet" dit Mélenchon

16h10 : Édouard Philippe a défendu l'accord de Paris, dénonçant "l'égoïsme" de ceux "qui lui tournent le dos". S'il ne l'a pas nommé directement, le Premier ministre parlait évidemment de Donald Trump. Jean-Luc Mélenchon n'a pas manqué de rappeler qu'Emmanuel Macron l'a invité en France pour le 14-Juillet.

16h09 : "Les Etats généraux de l'Alimentation reverront le partage de la valeur dans le modèle agricole : il n'est pas admissible que des agriculteurs ne puissent pas se verser un revenu décent et vivent sous le seuil de pauvreté."

16h08 : "Nous diviserons par deux les déchets mis en décharge et recyclerons 100 % des plastiques sur tout le territoire d'ici 2025."

16h07 : "La convergence 'diesel-essence' sera atteinte avant la fin de la mandature (...) la montée en puissance de la fiscalité carbone sera accélérée."

16h05 : "Nous n'attribuerons plus de nouveaux permis d'exploration d'hydrocarbures."

16h05 : Bonjour @anonyme. Edouard Philippe a bien évoqué les retraites, mais est resté très flou sur la question. S'il a répété, à deux reprises, vouloir les rendre "plus justes et plus lisibles", il a expliqué en être encore au temps de la concertation avec les partenaires sociaux.

16h05 : Et les retraites ?

16h05 : "Nous lancerons un grand plan d'investissement de 50 milliards d'euros dans les domaines de la transition écologique, du développement des compétences, de la santé, des transports, de l'agriculture, et de la modernisation de l'État."

16h04 : "L'impôt de solidarité sur la fortune sera resserré autour du seul patrimoine immobilier. (...) La réforme sera votée dès cette année et entrera en vigueur en 2019."

16h03 : "Le taux de l'impôt sur les sociétés sera réduit par étapes de 33,3 % aujourd'hui à 25 % en 2022."

16h02 : Le Premier ministre développe sa politique de rénovation du modèle social.


16h00 : "Le CICE sera transformé en allègement de charges, qui seront nulles au niveau du Smic. La réforme entrera en vigueur au 1er janvier 2019."

15h59 : Il faudra d'abord "stopper l'inflation de la masse salariale du secteur public, qui représente le quart de nos dépenses publiques."

15h59 : Pathétique avec leurs codes du travail.

15h56 : "Les contribuables ne seront pas la variable d'ajustement du budget."

15h55 : Voici la stratégie des finances publiques décrite par le Premier ministre :

• Faire baisser la pression fiscale, d'un point de PIB sur 5 ans

• Faire baisser la dépense publique, de trois points de PIB sur la même période ;

• Agir en donnant de la visibilité aux acteurs.

15h53 : Premier rappel à l'ordre du président de Rugy : "seul le premier ministre a la parole", alors que des LR font entendre leurs voix

15h53 : "Demandez à Macron, l'ancien ministre de l'économie" crie un député LR quand Edouard Philippe aborde le sujet de la dette #DirectAN

15h53 : De leur côté, les élus Les Républicains protestent.

15h52 : Réforme de la CSG : vigoureux applaudissements sur les bancs de la république en marche, huées chez LR #DirectAN

15h52 : Le Premier ministre a confirmé "la suppression des cotisations salariales financée par un transfert sur la CSG", provoquant les applaudissements de la majorité, note notre journaliste sur place. Depuis, ils ne s'arrêtent plus d'applaudir.

15h51 : "Il y a une addiction française à la dépense publique (...) Mon objectif est de ramener le déficit sous la barre des 3% dès 2017."