Manifestations de policiers : Rodolphe Schwartz, des liens avec le FN ?

Si le mouvement de colère des policiers se dit spontané, cela n'empêche pas certains d'avoir pour ambition de récupérer cette colère. Coup de projecteur sur un homme qui a participé aux défilés de policiers. 

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Jeudi soir, 20 octobre, il était de ceux qui menaient la fronde. En première ligne, à visage découvert, Rodolphe Schwartz, insigne de policer autour du bras, se fait porte-parole auprès des médias. L'homme qui négocie ce soir-là avec un commissaire n'est plus policier, Rodolphe Schwartz s'est reconverti dans la sécurité privée et surtout, ses liens avec le Front national (FN) font polémique.

Un mouvement né sans visage

Interrogé par un journaliste de France 2, le vice-président du FN Florian Philippot a d'abord affirmé qu'il ne le connaissait pas, avant de lâcher : "je l'ai peut-être croisé dans des réunions publiques". Cet après-midi, 22 octobre, à Évry (Essonne), aucun manifestant ne semblait connaître Rodolphe Schwartz, même ce policier, l'un des initiateurs du mouvement. Pour les policiers, cette polémique révèle la difficulté de leur mouvement né sans visage, sans représentant, par crainte d'éventuelles sanctions.

Le JT
Les autres sujets du JT
Rodolphe Schwartz est l'un des représentants du mouvement de contestation des policiers, comme ici à deux pas de l'Elysée, le 20 octobre 2016.
Rodolphe Schwartz est l'un des représentants du mouvement de contestation des policiers, comme ici à deux pas de l'Elysée, le 20 octobre 2016. (T. BAIETTO / FRANCEINFO)