Front National : le siège perquisitionné

Ce mercredi, le siège du Front National à Nanterre a été perquisitionné. Le parti est soupçonné de détournement de fonds par le Parlement Européen. Une vingtaine d'assistants parlementaires seraient concernés.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

24 heures après les bureaux de Jean-Marie Le Pen au domaine familial de Montretout, de nouvelles perquisitions ont été menées par la police ce mercredi au siège du FN à Nanterre (Hauts-de-Seine). Les enquêteurs recherchent des éléments concernant la rémunération d'une vingtaine d'assistants parlementaires. Payés avec des fonds européens, ils auraient consacré une majeure partie de leur activité au parti d'extrême-droite.

Une préjudice de 7,5 millions d'euros

"C'est la deuxième perquisition en un mois venant de sources différentes. Celle-ci vient du Parlement Européen et tendrait à vérifier la présence de mes assistants parlementaires. On croit rêver", a déclaré Jean-Marie Le Pen, l'ancien président du FN au micro de France 3. Si le détournement de fonds est confirmé, il s'agirait d'un abus de confiance. Le préjudice est estimé à 7,5 millions d'euros.

Le JT
Les autres sujets du JT
De gauche à droite, les eurodéputés FN Louis Aliot, Marine Le Pen et Florian Philippot, le 19 mai 2015 au Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin). 
De gauche à droite, les eurodéputés FN Louis Aliot, Marine Le Pen et Florian Philippot, le 19 mai 2015 au Parlement européen, à Strasbourg (Bas-Rhin).  (FREDERICK FLORIN / AFP)