Emplois fictifs : Marine Le Pen refuse la convocation des juges

Marine Le Pen est convoquée par les juges en vue d’une possible mise en examen, mais la présidente du Front national a fait savoir vendredi 3 mars qu’elle ne s’y rendrait pas. Dorothée Lachaud fait le point sur la situation.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

En direct du QG du Front national, la journaliste Dorothée Lachaud explique pourquoi Marine Le Pen ne se rendra pas à la convocation des juges qui enquêtent sur les soupçons d’emplois fictifs dans son entourage. "Marine Le Pen l’a d’ores et déjà annoncé, elle ne se rendra pas à la convocation des juges dans la perspective de sa possible mise en examen. Dans l’affaire des emplois fictifs présumés au FN, les soupçons pèsent sur deux personnes, d’abord le garde du corps de Marine Le Pen qui a été mis hors de cause il y a peu, mais surtout, la cheffe de cabinet de Marine Le Pen, qui elle a été mise en examen pour recel d’abus de confiance", détaille la journaliste de France 3.

"Acharnement judiciaire"

"Il y a quelques jours déjà, Marine Le Pen avait décidé de ne pas se rendre à la convocation des enquêteurs, rappelle Dorothée Lachaud. Ses arguments sont très clairs : elle est aujourd’hui une candidate en campagne, et c’est seulement à la fin de cette campagne qu’elle acceptera de répondre aux juges. Dimanche dernier, lors de son meeting de lancement de campagne, elle avait affirmé être la victime d’un acharnement judiciaire".

Le JT
Les autres sujets du JT
Marine Le Pen visite le Salon de l\'agriculture, le 28 février 2017 à Paris.
Marine Le Pen visite le Salon de l'agriculture, le 28 février 2017 à Paris. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)