VIDEO. Un conseiller en communication de François Hollande filmé à son insu par les caméras de France 2

Jeudi soir, Maryse Burgot, en duplex près de l'Elysée, a dû interrompre cette brève séquence à la demande de Gaspard Gantzer.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Le conseiller en communication du chef de l'Etat, Gaspard Gantzer, est là juste à côté de nous." La phrase est prononcée par Maryse Burgot, jeudi 1er décembre. La journaliste de France 2 est en duplex, non loin du palais de l'Elysée, pour récolter les premières informations données par le conseiller communication de François Hollande, après que celui-ci a annoncé qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle.

Au moment où elle prononce cette phrase, la caméra se focalise sur le conseiller en question. On le voit alors en train de parler, entouré de journalistes qui l'écoutent attentivement et prennent des notes. "Il a fait les quelques pas qui le séparent de l'Elysée, pour venir s'entretenir avec les journalistes qui faisaient ici des directs", déclare l'envoyée spéciale.

"Il vient en fait de nous expliquer que...", poursuit-elle. Mais elle s'interrompt : "Et je pense que... Je pense que ce conseiller en communication n'apprécie pas que l'on fasse ces images, alors je crois qu'on va revenir vers nous." La caméra revient vers elle. Maryse Burgot ajoute alors peu après avec un sourire : "Je vois que les gens de l'Elysée ne sont pas très contents que nous ayons montré cette image."

"Immortaliser ce moment qui fait partie du quinquennat"

Après cette séquence, la journaliste chargée du suivi de l'Elysée pour France 2 explique à franceinfo sa démarche : "Je venais de terminer mon premier duplex dans le '20 heures', lorsque j’ai aperçu Gaspard Gantzer, le communicant du président de la République, venir parler aux quelques journalistes présents à ce moment-là, devant l’Elysée. C’est assez classique, c’est ce qu’on appelle faire le service après-vente."
Alors, avant son deuxième duplex, elle aussi est allée écouter "ce qui se disait, pour prendre quelques notes. Avant de passer à l’antenne, j'ai proposé à mon cameraman de filmer quelques images de ce moment pendant que je parlerai. Je considère que l’on vivait une scène importante. C’est ce qu’il a fait. Loin de moi l’idée d’enregistrer ce qui se disait, je voulais simplement immortaliser ce moment qui fait partie du quinquennat." 

Devant le palais de l\'Elysée, le 1er décembre 2016.
Devant le palais de l'Elysée, le 1er décembre 2016. (FRANCE 2)