VIDEO. Salon de l'agriculture : visite bon enfant mais politique pour François Hollande

Le président de la République a inauguré le Salon de l'agriculture à Paris, samedi 21 février.

Voir la vidéo
France 2
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Huit heures dans les allées du salon. François Hollande, cerné par un service de sécurité sur les dents, a entamé dès 7 heures, samedi 21 février, sa traditionnelle visite du Salon de l'agriculture. Le président de la République n'a négligé aucune dégustation, aucune photo. Le chef de l'Etat s'est prêté volontiers au bain de foule. La visite s'est déroulée dans un climat bon enfant.

François Hollande a également tenu à rassurer des agriculteurs inquiets et un monde agricole en crise, avec des revenus en berne, des marchés en baisse et l'embargo russe sur les produits alimentaires. "Nous devons - l'Etat, l'Europe - être auprès des agriculteurs" et "faire en sorte qu'ils puissent être facilités dans leur acte de production", a-t-il déclaré.

Une séquence politique

Mais à un mois des départementales, la séquence est également politique. Les agriculteurs ne sont pas connus pour être des électeurs de gauche, et la tentation d'un vote FN est redoutée alors que pourtant l'agriculture est le premier poste de dépenses de l'Europe.

"Je m'inquiète a chaque fois que je vois le populisme en Europe progresser, l'extrémisme et la contestation de ce qui est le fondement même de la République. Aux candidats de faire valoir que les seuls qui ont a défendre la République sont ceux qui apportent des solutions, pas ceux qui apportent des problèmes", a fait valoir le président.

Après le recours au 49.3 pour le vote de la loi Macron, François Hollande a aussi lancé un appel à la "responsabilité" et à la "lucidité" de la majorité, mettant en garde contre un risque de "défiance" "si les parlementaires ne font pas ce que veut le pays".

 

Le JT
Les autres sujets du JT
François Hollande au Salon de l'agriculture à Paris, le 21 février 2015.
François Hollande au Salon de l'agriculture à Paris, le 21 février 2015. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)