VIDEO. François Hollande veut "tourner la page du nucléaire" en Polynésie

Le président de la République s'est exprimé devant les élus polynésiens depuis les jardins de la présidence. Ses annonces ont été saluées par des applaudissements.


Hollande reconnaît "l'impact environnemental" et "sanitaire" des essais nucléaires en Polynésie française
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

La Polynésie française attendait cette décision depuis longtemps. François Hollande a annoncé solennellement, lundi 22 février, à Papeete, une révision des conditions d'indemnisation des victimes des essais nucléaires menés pendant trente ans par la France. Le chef de l'Etat a ainsi répondu, au moins partiellement, à une vieille revendication des associations de défense des victimes comme des élus polynésiens devant lesquels il s'exprimait sous un vaste chapiteau dressé dans les jardins de la présidence polynésienne.

François Hollande a annoncé la levée partielle d'un verrou qui empêchait l'indemnisation de nombreuses victimes. La loi du 5 janvier 2010, dite loi Morin du nom de l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin, a apporté des "avancées" mais seule "une vingtaine" de dossiers d'indemnisation – sur un millier – ont abouti, a-t-il noté. Son décret d'application sera "modifié", selon le président. Le chef de l'Etat a dit vouloir "tourner la page du nucléaire". "Je reconnais que les essais nucléaires menés entre 1966 et 1996 en Polynésie française ont eu un impact environnemental, provoqué des conséquences sanitaires", a-t-il déclaré. 

De la dépollution des atolls

Autre annonce très attendue : la "dette nucléaire" ou "milliard Chirac", une dotation annuelle qui visait à compenser la perte d'activité économique engendrée par la cessation des essais en 1996, "sera sanctuarisée" et "son niveau sera dès 2017 rétabli à plus de 90 millions d'euros""Les conséquences environnementales des essais devront également être traitées" sur les atolls qui accueillaient les installations nucléaires, a poursuivi François Hollande. L'Etat achèvera notamment "le démantèlement des installations et la dépollution de l'atoll de Hao" et ceux de Mururoa et Fangataufa feront l'objet d'une "vigilance méticuleuse". La France a conduit 193 essais nucléaires de 1966 à 1996 sur ces derniers.

François Hollande s'adresse à Papetee aux élus de Polynésie française, le 22 février 2016.
François Hollande s'adresse à Papetee aux élus de Polynésie française, le 22 février 2016. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)