Politique : des primaires auront-elles lieu à gauche ?

À un an de la présidentielle, certains cadres du parti socialiste plaident pour une primaire ouverte. France 2 fait le point.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Des primaires auront-elles lieu au Parti socialiste ? C'est la question de la semaine et samedi 16 janvier, Manuel Valls, invité de l'émission "On n'est pas couché" n'a pas manqué d'y répondre. "Le candidat naturel, c'est le président de la République sortant. Je pense qu'il n’a pas à se soumettre à une primaire qui d'ailleurs ne concernera pas toute la gauche", a déclaré le Premier ministre.

Des ministres déçus

Pourtant la question se pose. Certains anciens ministres déçus par François Hollande, comme Aurélie Filippetti ou Benoit Hamon, doutent de sa capacité à l'emporter. Pour eux, une primaire doit avoir lieu et le président doit s'y soumettre. "On n'est pas président de la République de droit divin, on n’est pas au-dessus des autres hommes ou des autres femmes", commentait le 11 janvier, Aurélie Filippetti. Même des intimes de François Hollande adhèrent à cette idée. "Oui à une primaire de toute la gauche en vue d'avoir un seul candidat", affirme Julien Dray.
Les statuts du PS prévoient d'ailleurs l'organisation de primaires. En 2011, François Hollande lui-même s'y montrait favorable, y compris pour un président sortant. Mais peut-on imaginer le président exercer d'une part ses fonctions de chef d'État et d'autre part débattre avec ses rivaux d'égal à égal comme en 2011 ? 

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Francois Hollande, le 30 novembre 2015, lors de la COP21 au Bourget (Seine-Saint-Denis).
Francois Hollande, le 30 novembre 2015, lors de la COP21 au Bourget (Seine-Saint-Denis). (WITT / SIPA)