La cote de François Hollande chute de dix points en un mois

Selon le baromètre mensuel Ifop-Fiducial pour Paris-Match et Sud Radio, le président a perdu en deux mois le gain de popularité enregistré après les attentats de Paris.

François Hollande, le 1er février 2016 à l'Eysée à Paris.
François Hollande, le 1er février 2016 à l'Eysée à Paris. (NIVIERE / SIPA)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La cote de François Hollande s'est effondré de dix points d'un coup en février, avec 26% seulement d'opinions positives sur son action à la tête de l'Etat, selon le baromètre mensuel Ifop-Fiducial pour Paris-Match et Sud Radio, diffusé mercredi 6 février. Le chef de l'Etat a perdu en deux mois le gain de popularité enregistré après les attentats de Paris et retrouve quasiment son niveau du mois d'octobre, alors à 25%. 

François Hollande perd aussi bien chez les sympathisants de la droite et du centre (-15 à l'UDI, -11 chez les proches du groupe Les Républicains), que chez ceux de gauche (-10 au PS, -14 chez les proches d'EELV). Le président paie, selon l'Ifop, son absence de résultats sur le front du chômage, et le désarroi de la gauche consécutif à la polémique sur la déchéance de nationalité.

Pour une majorité de Français, l'opposition en ferait pas mieux

Si près de deux Français sur trois (63%, +1) considèrent toujours qu'il "défend bien les intérêts de la France à l'étranger", ils ne sont plus que 21% (-3) à souhaiter sa réélection en 2017. Manuel Valls résiste mieux, avec 44% (-4) des personnes interrogées qui approuvent son action,et 53% (-3) qui pensent qu'il "doit jouer un rôle important à l'avenir".

L'opposition n'est guère mieux lotie : 21% (+2) des Français seulement pensent que Les Républicains feraient "mieux" s'ils étaient au pouvoir, et 53% (-2) qu'ils feraient "ni mieux ni moins bien". Le Front national ferait "mieux" pour 14% (stable) mais "moins bien" pour 49% (-2).

*Enquête réalisée par téléphone du 29 au 30 janvier, auprès d'un échantillon de 1 009 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.