"Hollande paie ton grec" : le président s'essaye à Periscope, les commentaires dérapent

L'Elysée a décidé de retransmettre sur cette application la visite du chef de l'Etat chez Showroom Privé, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Une erreur de communication ?

Capture d'écran des commentaires sur Periscope lors de la visite de François Hollande à l'entreprise Showroom privé en Seine-Saint-Denis, le 1er mars 2016. 
Capture d'écran des commentaires sur Periscope lors de la visite de François Hollande à l'entreprise Showroom privé en Seine-Saint-Denis, le 1er mars 2016.  (Periscope)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Hollande lâche un freestyle", "Wesh François", "Hollande paie ton grec" ou encore "Hollande une vraie f...", allusion aux propos de Serge Aurier. L'intervention de François Hollande sur Periscope a manifestement dérapé, mardi 1er mars, alors que le chef de l'Etat était en visite chez Showroom Privé, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), et participait à un débat retransmis sur cette application. Periscope permet de diffuser des images en direct à travers un smartphone et laisse aux internautes toute latitude pour commenter et réagir à ce qu'ils voient et entendent.

Des commentaires modérés dans un second temps

Francetv info a saisi quelques intervention avec des captures d'écran. Nous avons choisi de ne pas toutes les diffuser en raison des insultes et des propos orduriers ou graveleux. Certains commentateurs s'amusent à prêter une relation au président avec une intervenante du débat, d'autres font leur pub ou réclament sa démission...

(Periscope)

(Periscope)

Capture d'écran des commentaires sur Periscope lors de la visite de François Hollande à l'entreprise Showroom privé en Seine-Saint-Denis, le 1er mars 2016. 
Capture d'écran des commentaires sur Periscope lors de la visite de François Hollande à l'entreprise Showroom privé en Seine-Saint-Denis, le 1er mars 2016.  (Periscope)

Bref, deux mondes parallèles : d'un côté, la rencontre de Hollande avec les salariés de Showroom Privé ; de l'autre, des commentateurs en roue libre. Les commentaires ont été mieux modérés dans un second temps par le compte de l'Elysée. 

(Periscope)

"François Hollande se fera toujours chambrer"

Une prise de risque ou un dérapage de la cellule de communication de l'Elysée ? Gaspar Gantzer explique à francetv info que ce n'est pas la première fois que le président utilise cet outil. "Comme souvent sur les réseaux sociaux, il y a de tout, des commentaires négatifs et positifs, des propos pertinents et d'autres hors sujet", assume le conseiller en communication du président. "Mais cela permet de varier les modes de dialogue et de discussion avec les citoyens en dehors des médias classiques. On ne répond pas aux insultes, ni sur Twitter, ni sur Facebook, ni sur Instagram et pas plus sur Periscope", poursuit-il.

Pour le spécialiste en communication Philippe Moreau Chevrolet, contacté par francetv info, il s'agit en revanche d'une véritable erreur de communication. "C'est bien si le président se confronte aux Français, mais en raison de sa faible popularité, il se fera toujours chahuter et insulter, que ce soit au Salon de l'agriculture ou sur Periscope. En revanche, c'est à ses conseillers de maîtriser son image. Et là, ce n'est clairement pas le cas. C'est une erreur qui ne doit pas arriver à ce niveau-là."

Spécialiste en communication lui aussi, David Reguer estime que c'est une bonne chose que l'Elysée se teste à ce genre d'outil, mais avec plus de précautions. "Un homme politique doit être là où il peut toucher son électorat. Le Président prend des risques mais il a raison. Mais attention, il faut de la qualité, avec une bonne image et un bon son. Si les gens n'entendent rien, comme c'était le cas aujourd'hui, ils font 'coucou Flanby'"