Hollande reconnaît "les conséquences sanitaires" des essais nucléaires en Polynésie française

Le chef de l'Etat a assuré que "le traitement des demandes d'indemnisation des victimes des essais nucléaires sera revu". Ce qui permettra, a-t-il assuré, à de nouvelles victimes d'être indemnisées.

Voir la vidéo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

En visite à Tahiti, François Hollande a reconnu "solennellement", lundi 22 février au soir, la "contribution" de la Polynésie française à la force de dissuasion nucléaire française. Mais lors de son discours à Papeete, il a surtout reconnu "l'impact environnemental" et "les conséquences sanitaires" des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel de 1966 à 1996. Les déclarations faites par le président de la République devant les élus polynésiens ont été saluées par des applaudissements.

"Le traitement des demandes d'indemnisation sera revu". Le chef de l'Etat, qui effectue une tournée en Océanie, a assuré que "le traitement des demandes d'indemnisation des victimes des essais nucléaires sera revu", ce qui permettra, a-t-il affirmé, à de nouvelles victimes d'être indemnisées. Les autorités polynésiennes se plaignent de la lenteur de l'application de la loi Morin, votée en 2010, destinée à indemniser les Polynésiens ayant des problèmes de santé liés aux essais nucléaires. Selon le réseau Sortir du nucléaire, seules 19 personnes, dont à peine cinq Polynésiens, ont pu bénéficier d'une indemnisation à ce jour. 

Le chef de l'Etat veut "tourner la page" des essais nucléaires. La rente annuelle versée à la Polynésie, fixée à 150 millions d'euros en 1996, sera "sanctuarisée", a promis François Hollande, déclarant souhaiter "tourner la page" des essais nucléaires. Sa visite est la première d'un président de la République sur ce territoire depuis Jacques Chirac en 2003.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#POLYNESIE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #POLYNESIE

00h00 : Voici le dernier point sur l'actualité de la journée. N'hésitez pas à consulter nos articles d'ici la reprise du direct à 6 heures :

Une reconnaissance hautement symbolique. En visite à Papeete, François Hollande a reconnu au nom de la nation "l'impact environnemental et sanitaire" des essais nucléaires menés par la France dans l'archipel polynésien entre 1966 et 1996. Il a en outre annoncé que de nouvelles victimes allaient pouvoir être indemnisées.

"Notre devoir, c'est d'aller plus loin, pour vaincre les conservatismes, casser la logique de la demi-mesure et chercher des solutions neuves et audacieuses". Manuel Valls a publié une tribune très offensive sur Facebook pour défendre le projet de loi porté par Myriam El Khomri sur la réforme du code du travail.

• L'annonce est importante, son application reste à voir. Les Etats-Unis et la Russie ont annoncé l'entrée en vigueur d'un cessez-le-feu samedi 27 février en Syrie. L'interruption des hostilités ne concernera toutefois pas le groupe jihadiste Etat islamique, ni le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

• Six migrants ont été condamnés à un mois de prison ferme pour être montés clandestinement à bord d'un ferry fin janvier à Calais. Deux Français, sympathisants des migrants et eux aussi embarqués clandestinement, ont écopé d'une amende.

23h30 : Le président de la République annonce en outre une aide de l'Etat à un service spécialisé dans le traitement des victimes des essais nucléaires de l'hôpital de Tahiti.

23h29 : François Hollande annonce que de nouvelles victimes des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel polynésien de 1966 à 1996 seront indemnisées.

23h35 : "Sans la Polynésie, la France ne se serait pas dotée de l'arme nucléaire. La France serait toujours une nation respectée, mais n'aurait pas, par cette force de dissuasion, la capacité d'être pleinement indépendante. (...) Je veux solennellement reconnaître votre contribution à cette indépendance. Je reconnais l'impact environnemental et sanitaire de ces essais"

A Papeete, le chef de l'Etat évoque désormais l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel polynésien de 1966 à 1996.

23h11 : "Dans un voyage polynésien, ce que l'on retient souvent, ce sont les images de marchés abondants. (...) Mais c'est une partie du décor. Il y a l'autre partie, avec le chômage, les inégalités, ce sentiment d'abandon. Par ma visite, je veux montrer qu'il n'y a pas de territoire lointain de la République : il n'y a que la République"

François Hollande s'exprime depuis Papeete. Suivez son discours en direct chez nos confrères de Polynésie 1ère.

23h04 : Ca y est : François Hollande s'exprime à Papeete au sujet de l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel polynésien de 1966 à 1996. Suivez son intervention en direct vidéo chez nos confrères de Polynésie 1ère.

22h34 : François Hollande va s'exprimer dans quelques minutes depuis Papeete sur l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel polynésien de 1966 à 1996. Suivez son intervention en direct vidéo chez nos confrères de Polynésie 1ère.

21h41 : Les manifestants anti essais nucléaires tenus à l'écart de François Hollande. #Tahiti

21h41 : François Hollande va bientôt s'exprimer, depuis Tahiti, sur l'indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France dans l'archipel polynésien de 1966 à 1996. Des manifestants sont tenus à l'écart, indique sur Twitter un journaliste du "Petit journal" de Canal+.

21h04 : "Vous êtes un archipel remarquable par sa surface, sa culture, ses langues, son Histoire, ses traditions; vous nous avez offert le plus beau des cadeaux : être dans la République française. Ici, je suis pleinement en France."

François Hollande s'est brièvement exprimé à la mairie de Papeete. Il va désormais visiter des logements sociaux de l'île. Suivez la visite en direct chez nos confrères de Polynésie 1ère.

20h03 : Bon appétit si vous passez à table ! Voici le point sur l'actualité :

• Six migrants ont été condamnés à un mois de prison ferme pour être montés clandestinement à bord d'un ferry fin janvier à Calais. Deux Français, sympathisants des migrants et eux aussi embarqués clandestinement, ont écopé d'une amende.

Le recours au 49.3 "n'est ni souhaitable, ni nécessaire", estime la ministre du Travail Myriam El Khomri, au sujet de sa réforme du droit du travail. Lui aussi en déplacement dans le Haut-Rhin, le Premier ministre Manuel Valls a longuement défendu l'avant-projet.

• François Hollande se trouve en Polynésie française, où sa parole sera particulièrement attendue sur l'indemnisation des victimes civiles et militaires des 193 essais nucléaires que la France a conduits de 1966 à 1996 sur les atolls de Mururoa et Fangataufa.

• La livre sterling est tombée ce soir à son niveau le plus faible en près de sept ans face au dollar. La devise britannique subit de plein fouet le ralliement de l'influent maire de Londres, Boris Johnson, aux partisans de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

19h59 : La visite de François Hollande en Polynésie se poursuit. Le chef de l'Etat est attendu à la mairie de Papeete, où une foule nombreuse l'attend. Vous pouvez suivre l'événement en direct chez nos confrères de Polynésie 1ère.




(POLYNESIE 1ERE)

18h32 : Nos confrères de Polynésie 1ère suivent en direct la visite de François Hollande. Après avoir déposé une gerbe devant un monument aux morts, le chef de l'Etat s'offre actuellement un bain de foule. Retrouvez le déroulé minute par minute de la visite présidentielle sur leur site.


(POLYNESIE 1ERE)

18h15 : François Hollande a entamé aujourd'hui une visite en Polynésie française. Sa parole sera particulièrement attendue sur l'indemnisation des victimes civiles et militaires des 193 essais nucléaires que la France a conduits de 1966 à 1996 sur les atolls de Mururoa et Fangataufa. Notre journaliste Louis San vous explique tout dans un article.


Sur l'atoll de Mururoa principal site d'experimentation des essais nucleaires francais de 1962 a 1996.
(MAXPPP)