Revivez la conférence de presse de rentrée de François Hollande

Le président s'est notamment prononcé sur l'extension à la Syrie des frappes contre le groupe Etat islamique, sur l'accueil des réfugiés et sur les baisses fiscales prévues en 2016. 

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Conférence de presse de François Hollande, épisode 6. Le chef de l'Etat s'est présenté face à la presse, lundi 7 septembre, pour s'exprimer sur les sujets chauds de la rentrée. Il doit se prononcer notamment sur l'extension à la Syrie des frappes contre le groupe Etat islamique, sur l'accueil des réfugiés et sur les baisses fiscales prévues en 2016.

24 000 migrants accueillis en France. Le chef de l'Etat s'engage à accueillir "24 000 réfugiés" en France, sur les deux prochaines années, dans le cadre d'un "mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés avec une répartition entre les pays".

Une opération aérienne en Syrie. François Hollande annonce des "vols de reconnaissance" au-dessus de la Syrie, qui auront lieu dès mardi, en vue d'éventuelles frappes contre le groupe Etat islamique, "en lien avec la coalition internationale". Il exclut tout envoi de troupes au sol, qui serait "irréaliste et inconséquent".

 Une baisse fiscale en 2016. Le président confirme la baisse fiscale qu'il a annoncée le 21 août pour 2016. Plus de huit millions de foyers seront concernés par cette baisse d'impôts, évaluée à deux milliards d'euros.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #HOLLANDE

21h58 : @anoyme : François Hollande n'est pas entré dans les détails. Mais les baisses d'impôts devraient se traduire par des réductions nettes pour les premières tranches, voire encore par des sorties de l'impôt sur le revenu.

Au total, le chef de l'Etat a annoncé que la situation serait améliorée pour "plus de huit millions" de foyers fiscaux, en priorité les "classes moyennes" particulièrement touchées par les hausses de 2011 et 2012.

21h58 : Baisse des impôts. Quelles sont mes chances d'en payer moins ? Comment le savoir maintenant ?

21h39 : Le chef de l'État a fait des annonces sur la question des migrants, la lutte contre les jihadistes en Syrie et les impôts des Français. France 3 a recueilli les réactions -plus que mitigées - des représentants frontiste, communiste ou Les Républicains.

20h46 : @azerty : François Hollande a ouvert la voie à des frappes aériennes françaises contre le groupe Etat islamique en Syrie. Il a aussi annoncé l'accueil de 24 000 réfugiés en France. En revanche, le chef de l'Etat s'est montré moins audacieux sur le plan économique, en dépit de l'annonce d'une baisse d'impôts de 2 milliards. Voici notre compte rendu de sa 6e conférence de presse présidentielle.



(FRANCOIS MORI / AP / SIPA)

20h43 : Que faut-il retenir de la conférence de presse de François Hollande ?

15h40 : Je ne suis qu'une retraitée de 62 ans qui ne comprend pas pourquoi une baisse d'impôts encore en 2016 quand le gouvernement n'est pas capable d'aider les malheureux en France et il y en a et il y en aura de plus en plus.... Comment va-t-il faire car j'ai écouté sa conférence et n'ai toujours pas compris comment il va s'y prendre lui et son gouvernement. Il ne sait même pas s'il y aura une croissance ou pas.

15h38 : Qui va payer pour tous ces réfugiés? Que va t on en faire, nous qui avons trois millions de chômeurs?

15h42 : Accueillir des migrants soit, où va-t-on les loger? Or nous avons des SDF en France et nous ne les logeons pas. Et le chômage qui ne recule pas .Qui va nourrir ces pauvres gens?

15h36 : C'est bien beau t'aider les autres. Mais que fait M. Le Président pour les Français qui ont de grandes difficultés qui attendent un logement HLM depuis plus de 12 ans? Qui ne trouvent pas de travail ? Et qui vivent dans la honte de cette situation et que personne n'aide et n'écoute même pas ?

15h36 : Je ne paie pas d'impôts, mais cette année, à cause de la modification de l'assiette de la CSG assise sur le quotient familial, je passe au taux supérieur de la CSG. Résultat, 100€ prélevés en plus chaque mois, soit 1200. € sur l'année. Un choc au moment où le président parle de baisse sans arrêt... Pourquoi ne pas mettre en place une progressivité plus douce de la CSG avec des barèmes taxant un peu plus les revenus très élevés et plus modérément les revenus modestes comme les miens qui ne sont pas imposables ?

15h42 : Vous êtes nombreux à réagir dans les commentaires après la conférence de presse de François Hollande. Beaucoup s'estiment oubliés par le président.

15h18 : Pour Alain Juppé, candidat à la primaire des Républicains et maire de Bordeaux, "il faut réduire les déficits et faire des économies". Pour Florian Philippot (Front national), "François Hollande démontre qu'il est soumis à la submersion migratoire". Retour en vidéo sur les réactions des opposants au chef de l'Etat.

(FRANCE 2)

15h14 : C'est terminé ! Merci à tous pour vos contributions. Malheureusement, nous n'avons pas pu répondre à toutes vos questions. Mais continuez à me faire part de vos remarques, je les passerai avec plaisir dans ce direct.

15h10 : Il y aura l'opinion des téléspectateurs qui ont suivi la conférence de presse. Il faudra prendre en compte les commentaires dans les réseaux sociaux, ainsi que ceux parus dans la presse.

Mais je ne crois pas, qu'à terme, ce genre d'exercice ait une influence majeure, ou du moins qu'elle puisse inverser, à elle seule, une courbe de popularité.

15h06 : Ce genre d'exercices peut-il franchement servir la popularité du président ?

15h07 : Je trouve effectivement que la conférence de presse tournait un peu en rond, mais en partie à cause des journalistes qui posaient plusieurs fois la même question, ou trois questions en une. Cela permettait à François Hollande d'esquiver. Plus généralement, il ne faut pas s'étonner qu'il ne veuille répondre à aucun question sur son avenir, car la ligne qu'il a choisi est de répéter que son avenir n'est pas le problème et qu'il travaille pour la France.

Enfin, pour ce qui est de l'assouplissement du Code du travail et des baisses d'impôts, il est resté imprécis car il considère que c'est au gouvernement de préciser. Il préfère se garder les questions régaliennes.

15h04 : Bonjour Nathalie, on a parfois l'impression que François Hollande parle pour ne rien dire. Sur la fin de la conférence de presse, il se répétait souvent et faisait des réponses longues sans grand contenu. Vous qui aimez décrypter le style des politiques, qu'en pensez-vous ?

15h03 : Il y a eu peu de précisions ce matin sur les économies à réaliser dans les dépenses publiques, puisque c'est ainsi que François Hollande veut financer la baisse d'impôts. Pour l'exécutif, ces économies sont non seulement possibles, mais vitales car il considère que le ras-le-bol fiscal est on ne peut plus d'actualité. Il réussiront à faire baisser les impôts. Mais après, tout le problème, ce sera de savoir si les 8 millions de personnes concernées auront l'impression que leurs impôts baissent de manière notable...

15h00 : Pensez vous que l'Etat a les moyens de financer une baisse d'impôts ?

15h00 : Pensez vous que l'Etat a les moyens de financer une baisse d'impôts ?

14h58 : En politique, rien n'est jamais exclu, on trouve toujours des explications et des justifications. L'espoir de François Hollande est que, d'ici à l'été 2016, les chiffres soient bons. S'il ne se passe rien, ce sera quasiment mission impossible.

14h56 : Question à Nathalie Saint-Cricq : est-il totalement exclu que François Hollande se présente si la courbe du chômage ne s'inverse pas ?

14h56 : François Hollande a effectivement botté en touche sur le serpent de mer de la proportionnelle. Cela risque certes d'exaspérer les Verts, mais il table de toute façon sur une scission au sein des écologistes. Il les a rappelés à l'ordre ce matin, à mi-mots, en évoquant le risque, aux régionales, de voir le FN triompher si la gauche n'était pas rassemblée. Tout en continuant à tendre la main aux Verts, il considère qu'une partie d'entre eux se "mélenchonise" et n'est pas récupérable pour lui.

14h52 : Bonjour, si j'ai bien compris, François Hollande refuse de mettre en place la proportionnelle aux législatives... Cela ne risque-t-il pas d'agacer encore un peu plus les Verts ?

14h49 : Les frappes étaient jusqu'ici limitées à l'Irak et n'avaient pas lieu sur le territoire syrien. C'est le sens de l'évolution de la position de François Hollande expliquée ce matin.

14h49 : Comment peut-on nous parler de frappes aériennes en Syrie, alors que la France y est déjà engagée depuis un an ? Problème de mémoire de la part du président ?

14h48 : Il ne me semble pas dépassé, mais soucieux d'agir au sein d'une coalition plus large. Il souhaite que les pays concernés, et notamment les pays arabes (sans oublier la Russie et l'Iran), prennent leur part de responsabilité. La France ne peut pas assumer une telle décision unilatérale.

14h47 : C'est moi ou le président de la République semble dépassé par ce qui se passe en Syrie, et a du mal à anticiper l'extension du conflit en Syrie vers les autres pays par Daech ?

14h46 : On peut, effectivement, avoir cette impression. Mais, l'état de l'opinion allemande, le déficit démographique, le faible taux de chômage en Allemagne rendent la position d'Angela Merkel en faveur d'un accueil massif des migrants plus facile à gérer vis-à-vis de son opinion.

Hormis une extrême droite xénophobe, la classe politique est sur un consensus. C'est cela qui vous donne l'impression d'avoir une gauche et un gouvernement plus timide. En France, la peur de la montée du Front national parasite les positions des partis politiques sur ce sujet.

14h40 : François Hollande semble totalement à la remorque d'Angela Merkel sur ce dossier des réfugiés ? Est-ce aussi votre impression ?

14h39 : On ne peut pas considérer qu’il s'agit d'un revirement électoraliste, puisque, d'après les sondages sur l'état de l'opinion en France, François Hollande court plus de risque en acceptant cette logique, même si le mot de quotas n'est pas prononcé.

Je crois qu'il y a une véritable prise de conscience à l’échelon européen à la nécessité de trouver des solutions concrètes et volontaristes, même si ce n'est pas la photo du petit garçon qui a provoqué ce changement. Elle est probablement à l'origine de cette accélération. François Hollande a parlé d'une "position morale".

14h36 : Comment expliquer le revirement de Hollande sur les quotas de migrants ? Position électoraliste ?

14h37 : D'une façon générale, François Hollande a voulu consacrer la majorité de sa conférence de presse aux questions de politique internationale. Ce sont les journalistes qui sont responsables, peut-être, du fait qu'une seule question ait été posée sur ce sujet. Dans ce genre d'exercice, limité à deux heures, tous les sujets ne peuvent être balayés.

14h33 : Pourquoi a-t-il si peu parlé des agriculteurs ? Quasiment pas un mot !

14h32 : Nathalie Saint-Cricq nous a rejoints. Elle répond à vos questions après la conférence de presse de François Hollande.

14h13 : Le Premier ministre finlandais, Juha Sipilä, a annoncé à la télévision publique samedi qu'il se proposait d'héberger des réfugiés dans une maison à la campagne qu'il occupe rarement du fait de ses fonctions à Helsinki.

François Hollande serait-il prêt à l'imiter ? Ce n'est pas le sujet, a répondu le chef de l'Etat à un journaliste qui lui posait la question, lundi 7 septembre lors de sa conférence de presse.






(FRANCE 2)

13h58 : Je vous rappelle qu'à partir de 14h30, vous aurez la possibilité de poser vos questions à Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2, après la conférence de presse du chef de l'Etat. Les commentaires sont à votre disposition.

13h34 : Syrie, migrants, impôts... Le chef de l'Etat a répondu aux questions des journalistes pendant près de deux heures. Francetv info revient sur les principales annonces ou réactions.

13h19 : Trois courants de gauche, trois visions différentes de la conférence de presse de François Hollande, très diversement appréciée que l'on soit membre du PS ou pas.

13h13 : A la fin de la conférence de presse, François Hollande a salué les journalistes de façon ambiguë, leur reprochant, à mots couverts, d'avoir posé des questions trop semblables.

13h04 : Vous aurez, à partir de 14h30, la possibilité de poser vos questions sur cette conférence de presse du chef de l'Etat à Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2. N'hésitez pas à me les faire parvenir dans les commentaires dès maintenant !

13h06 : Quelles sont les principales annonces à retenir de cette conférence de presse ?

La France va accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans.

Les forces aériennes françaises vont effectuer des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie, en vue de mener d'éventuelles frappes contre les jihadistes de l'Etat islamique.

Le chef de l'Etat a confirmé que des baisses d'impôts de plus de deux milliards d'euros concerneront 8 millions de contribuables en 2016.

Pour revenir plus précisément sur cette conférence de presse, consultez notre article qui analyse les déclarations de François Hollande.

12h58 : La conférence de presse de François Hollande est finie, après deux heures de questions-réponses avec la presse française et internationale.

13h06 : La durée légale du travail, fixée à 35 heures hebdomadaires, "ne changera pas" d'ici à la fin du quinquennat, a réaffirmé François Hollande. Voici son intervention.

(FRANCE 2)

12h57 : Et voilà c'est la fin et rien, strictement rien, sur les retraites.