Centenaire du Chemin des Dames : "Une ouverture vers une nouvelle mémoire de la Grande Guerre"

Lors des commémorations, dimanche, du centenaire de la bataille du Chemin des Dames, le président de la République a été "extrêmement sévère" vis à vis du "commandement français" note Nicolas Offenstadt, historien et spécialiste de la Grande Guerre.

François Hollande, le 16 avril 2017.
François Hollande, le 16 avril 2017. (FRANCOIS NASCIMBENI / POOL)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

François Hollande a participé aux commémorations, dimanche 16 avril, du centenaire de la bataille du Chemin des Dames, à Cerny-en-Laonnois, dans l'Aisne. Le chef de l'État y a prononcé un discours évoquant l'héroïsme des soldats face à un "commandement aveugle et sourd".

Une dénonciation inédite de la part d'un président de la République selon Nicolas Offenstadt, historien et spécialiste de la Grande Guerre : "La manière dont il a décrit l'offensive du Chemin des Dames est extrêmement sévère pour les commandements français", a-t-il déclaré dimanche sur franceinfo.

Des dizaines de milliers de soldats morts 

La bataille du Chemin des Dames, lancée en avril 1917 par le général Nivelle, a conduit à la mort des dizaines de milliers de soldats. Au cours de son discours, le président de la République a également évoqué les mutineries, "qui sont la conséquence de l'offensive Nivelle", selon Nicolas Offenstadt, qui poursuit : "François Hollande a eu cette phrase très forte en disant que l'histoire des soldats qui se sont mutinés en 1917 fait partie de l'histoire de la nation."

Autre symbole de cette cérémonie : un chœur de collégiens a interprété la "Chanson de Craonne", écrite par les soldats dès 1915 : "C'est une chanson qui dénonce la guerre et qui appelle à la grève de la guerre. Chanter cette chanson anti-guerre devant le président de la République (...) c'est évidemment montrer, je crois, une ouverture vers une nouvelle mémoire de la Grande Guerre, beaucoup plus ouverte et beaucoup plus intégrative", déclare Nicolas Offenstadt.

Nicolas Offenstadt : "La manière dont il a décrit l'offensive du Chemin des Dames est extrêmement sévère pour les commandements français"
--'--
--'--