François Hollande propose Laurent Fabius à la tête du Conseil constitutionnel

Le président de la République envisage de nommer Laurent Fabius président du Conseil constitutionnel, annonce l'Elysée. L'ex ministre des Affaires Etrangères a annoncé son départ du Quai d'Orsay ce mercredi matin.

(François Hollande propose la nomination de Laurent Fabius à la tête du Conseil Constitutionnel © REUTERS/Philippe Wojazer)
Radio France

Mis à jour le
publié le

L'Elysée confirme, dans un communiqué, que François Hollande va proposer la candidature de Laurent Fabius à la présidence du Conseil constitutionnel. "Le Président de l’Assemblée nationale et le Président du Sénat sont saisis du projet de nomination de M. Laurent Fabius comme membre du Conseil constitutionnel, afin que la commission intéressée de chacune des assemblées se prononce ", précise le texte.

Laurent Fabius, 69 ans, en poste au Quai d'Orsay depuis l'accession de François Hollande à l'Elysée, a annoncé son départ du gouvernement ce mercredi matin. 

A LIRE AUSSI ►►►Laurent Fabius confirme qu'il quitte le gouvernement

Un peu plus tôt, le ministre démissionnaire des Affaires Etrangères s'était félicité de sa bonne coopération avec François Hollande : "J'ai extrêmement bien travaillé avec le président de la République. " Laurent Fabius dresse aussi un bilan très positif de ses années passées au Quai d'Orsay : "L’action de la France a été utile. J’ai donné un tournant à cette maison [le ministère des Affaires étrangères]. Le temps n’est plus où l’on s’occupait seulement de diplomatie stratégique. Il faut être sur toutes les facettes : diplomatie économique, culturelle et touristique… Je suis fier du travail que l’on a fait ensemble. C’est la fin d’un cycle et je me sens en pleine forme ! "

Parim les succès qu'il veut retenir : la COP 21, et l'accord sur le nucléaire iranien. Ses échecs : "la réforme de l'Europe ", mais aussi la guerre civile en Syrie. La France, qui était prête en septembre 2013 à lancer des frappes contre Bachar el-Assad, n'a pas été suivie par ses alliés.  

A LIRE AUSSI ►►► Fabius défend un bilan bien accueilli, "contrairement à d’autres actions gouvernementales"