François Hollande, le président qui "assume le plus les opérations clandestines" (Vincent Nouzille)

"Les tueurs de la République" retrace l'histoire d'une cellule clandestine du Service Action de la DGSE. Un service spécial que les différents présidents de la Ve République ont utilisé pour des opérations de "neutralisation". Selon l'auteur de cette enquête, François Hollande serait celui qui les "assume le plus, en secret".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
Radio France

Mis à jour le
publié le

 Vincent Nouzille vient de publier son enquête qui a duré plus de 3 ans. Commencée avant que François Hollande ne soit élu président, il y révèle que "de tous les présidents de la Ve République, il est celui qui assume le plus, en secret, des opérations clandestines." Des opérations qui "peuvent être de plusieurs natures. Il n'y a pas que des assassinats ciblés, il y a des opérations spéciales. Leur principal motif est la lutte contre le terrorisme."

 

L'auteur remarque quand que "depuis qu'il a pris le pouvoir en 2012, du fait de son tempérament, plus guerrier qu'on ne le croit, et du fait de son entourage, notamment son chef d'Etat major particulier," le président de la République n'hésite pas à faire appel à ce service spécial. Il cite l'exemple de la guerre au Mali. "On l'a vu lors de l'opération Serval au Mali avec des consignes extrêmement dures. Il s'agissait de décapiter les réseaux terroristes. Et au sein de cette guerre visible, on mène des opérations plus ciblées sur des "high value target" comme on dit dans le langage américain."

 

Contre exemple de ce type d'opération, celui de Jacques Chirac qui aurait empêché une opération de vengeance suite à l'assassinat du commandant Massoud le 9 septembre 2001. "Au moment des attentats du 11 septembre, le contexte aurait pu favoriser ce type d'opération clandestine. Or Jacques Chirac était extrêmement prudent, voire très timoré sur les représailles possibles" . Vincent Nouzille qui a recueilli témoignages et documents pour étayer son enquête tire un signal d'alarme sur l'usage des "assassinats ciblés" organisés par le gouvernement. "Nous sommes dans un engrenage et il y a eu des dommages collatéraux."

Vincent Nouzille : "Ces opérations clandestines risquent de nous entrainer dans de nouvelles formes d'engrenages"
--'--
--'--
 

Le livre, "Les tueurs de la République. Assassinats et opérations des services secrets", est publié aux éditions Fayard.