Présidentielle : quatre choses à retenir des comptes de campagne publiés au "Journal officiel"

Emmanuel Macron a été le candidat le plus dépensier avec 16,7 millions d'euros. Il devance de peu Benoît Hamon et François Fillon. 

Les onze candidats à l\'élection présidentielle, lors d\'un débat télévisé, le 4 avril 2017 à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 
Les onze candidats à l'élection présidentielle, lors d'un débat télévisé, le 4 avril 2017 à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).  (POOL NEW / X80003 / REUTERS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Qui a le plus dépensé ? Qui a été le plus économe ? Et quel poste de budget a été le plus gourmand chez les différents candidats à la présidentielle de 2017 ? Les comptes de campagne ont été publiés jeudi 3 août au Journal officiel. Voici quatre informations à retenir. 

Macron et Hamon sont les plus dépensiers 

Sans surprise, c'est le vainqueur de la course à l'Elysée qui a été le plus dépensier. Les dépenses totales d'Emmanuel Macron se sont élevées à 16,7 millions d'euros. Cependant, il reste loin du plafond autorisé par la loi pour un candidat accédant au second tour (22,5 millions).

Le candidat d'En marche ! est suivi de près par Benoît Hamon (ex-PS), arrivé cinquième au soir du premier tour de la présidentielle avec 6,36% des voix. Le candidat socialiste a dépensé un peu plus de 15 millions d'euros sur l'ensemble de la campagne. François Fillon arrive troisième avec près de 13,8 millions d'euros dépensés. 

Marine Le Pen, candidate du Front national et perdante face à Emmanuel Macron au second tour, est quatrième avec 12,4 millions d'euros de frais de campagne. Elle est suivie par Jean-Luc Mélenchon, qui a dépensé 10,67 millions d'euros. 

Les meetings et la "propagande" font le gros des dépenses

Le candidat d'En marche ! à l'élection présidentielle a dépensé plus de 5,8 millions d'euros dans l'organisation de ses réunions publiques. Comme le note RTL, Emmanuel Macron a aussi été particulièrement dépensier dans le ciblage des électeurs, via l'envoi de SMS et de courriers, la distribution de tracts ou le recours aux appels téléphoniques. L'ensemble des actions de "propagande imprimée" (en langage juridique) lui ont coûté 3,7 millions d'euros. Ses dépenses d'"enquête et sondage", de "propagande audiovisuelle" et de "promotion téléphonique" s'élèvent à un peu plus de 1,1 million d'euros. 

Benoît Hamon, deuxième candidat le plus dépensier, est l'un de ceux qui comptent les frais de campagne les plus élevés en matière de meetings. Le candidat a dépensé 6,11 millions d'euros pour ses réunions publiques au cours de la campagne. Il est devancé de près par le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, qui a payé 6,37 millions d'euros pour l'organisation de ses meetings. Marine Le Pen n'est pas très loin, avec près de 5 millions d'euros dédiés aux réunions publiques. 

Le "conseil en communication" a coûté cher à Fillon

Le candidat Les Républicains à l'élection présidentielle a lui aussi dédié une grande partie de ses dépenses de campagne (4,7 millions d'euros) à l'organisation de ses meetings. Mais comme le montre RTL, il affiche des niveaux de dépenses particulièrement élevés en matière de communication et de déplacements.

François Fillon a dépensé près de 510 000 euros en "conseil en communication" pendant la campagne, contre 224 000 euros pour Jean-Luc Mélenchon, 220 000 euros pour Emmanuel Macron, environ 96 000 euros pour Benoît Hamon et 25 400 euros pour Marine Le Pen. 

Le candidat LR a aussi battu des records en matière de frais de déplacement. Ses dépenses dans ce domaine dépassent de très loin celles des autres principaux candidats. Elles s'élèvent à plus d'1,45 million d'euros pendant la campagne, contre environ 465 000 euros pour Emmanuel Macron, 655 000 euros pour Benoît Hamon ou encore un peu plus de 91 000 euros pour Jean-Luc Mélenchon. 

Jean Lassalle est le candidat le moins dépensier

Le candidat, qui a obtenu 1,21% des suffrages exprimés au premier tour de la présidentielle, est celui qui a le moins dépensé pendant cette campagne. Son budget s'élève à 260 112 euros. Jean Lassalle est pourtant arrivé devant Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud, François Asselineau et Philippe Poutou en termes de voix. 

Les candidats arrivés derrière lui au premier tour ont dépensé entre 400 000 et 1,2 million d'euros, note L'Express. François Asselineau a été le plus dépensier d'entre eux, avec plus de 1,23 million d'euros de frais de campagne, dont 177 800 pour du "conseil en communication". Nicolas Dupont-Aignan, qui a manqué de peu le seuil des 5% des suffrages exprimés au premier tour, a dépensé quant à lui plus de 1,8 million d'euros. 

Les candidats avaient jusqu'au 7 juillet à 18 heures pour déposer le détail de leurs comptes de campagne. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) dispose à présent d'un délai de cinq mois pour vérifier leur conformité.