Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Envoyé spécial. "Je n'ai jamais été son assistante" : l'interview intégrale de Penelope Fillon au "Sunday Telegraph" en 2007

François Fillon a accusé "Envoyé spécial" d’être "une émission à charge, où l’on a sciemment pris des morceaux de phrases retirés de leur contexte" – allusion à l'interview donnée par son épouse en 2007 au "Sunday Telegraph", que France 2 a diffusée jeudi 2 février. En réponse à cette accusation, le magazine rend publique l'intégralité de cette interview.

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
Yvan Martinet, Tristan Waleckx et Pierre MonégierFrance 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je n’ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre." Depuis sa révélation par "Envoyé spécial", jeudi 2 février, cette petite phrase, signée Penelope Fillon, alourdit les soupçons d’emplois fictifs qui plombent la campagne de François Fillon. A l’époque où elle prononce ces mots – en mai 2007 –, l’épouse de l'ancien Premier ministre a déjà  perçu 241 000 euros net comme assistante parlementaire de son mari. Et alors qu’elle gagne 7 900 euros brut par mois, Penelope Fillon affirme n’avoir "jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre", avant d’ajouter que si elle n'avait pas eu de cinquième enfant six ans plus tôt, elle "serai[t] sans doute allée chercher un travail". Troublant.

>> RECIT FRANCEINFO. Soupçons d'emplois fictifs : les quinze jours qui ont plombé la campagne de François Fillon

Lors d'une conférence de presse, lundi 6 février, François Fillon a reproché au magazine de France 2 d'avoir "sorti des phrases de leur contexte". Dans une volonté de transparence, "Envoyé spécial" a décidé de diffuser sur internet l’intégralité de l’interview réalisée en 2007 par la journaliste britannique Kim Willsher pour le Sunday Telegraph, sans montage ni doublage, en version sous-titrée.

Penelope Fillon a "toujours réussi à avoir [s]a propre vie en parallèle" de son mari

Dans cette longue entrevue d’une heure, on apprend par exemple que Penelope Fillon, qui a "toujours réussi à avoir [s]a propre vie en parallèle" de celle de son mari, a été assistante d’anglais, dans un collège du Mans (Sarthe), dans les années 1970. C’est là où elle rencontre son futur époux, François Fillon. A travers lui, elle découvre la profession d’assistant parlementaire, qu’il exerce au côté d’un député local.

Dans les années 1980, quand François Fillon est à son tour élu à l’Assemblée nationale, son épouse Penelope décide, elle, de rester "complètement dans la Sarthe". Selon ses propres mots, son quotidien n’est alors "pas toujours facile" : "Les quatre premiers [enfants] sont nés en l’espace de cinq ans. François partait et me laissait seule avec tous ces enfants." L’épouse, déjà débordée par son activité de mère de famille esseulée, oublie de préciser au Sunday Telegraph qu’à cette période, elle aurait occupé de surcroît un poste d’assistante parlementaire. Elle était en tout cas rémunérée comme telle depuis le 1er avril 1986.

De 2002 à 2007, celle qui doit être assistante en circonscription "vit principalement à Paris"

D'autres extraits de cette interview pourraient affaiblir un peu plus la défense de François Fillon. En mai 2007, Penelope Fillon ne murmure pas qu’à l’oreille du Premier ministre. Passionnée d’équitation, elle regrette n’avoir plus "que cinq chevaux". En marge de ses activités d’assistante parlementaire et de mère d’une famille nombreuse, elle raconte avoir "commencé à faire un peu d’élevage", passion devenue "impossible" en 2002, lorsqu’elle décide de "vivre principalement à Paris" pour rejoindre son mari devenu ministre. Une phrase à l’époque anodine mais qui, une nouvelle fois, fragilise la version actuelle du couple Fillon.

En 2007, Penelope Fillon assure "vivre à Paris depuis cinq ans". Or, à cette période – de 2002 à 2007 – elle était supposée jouer un rôle central dans la Sarthe, en tant qu’assistante parlementaire de Marc Joulaud, le suppléant de François Fillon. Le candidat à la présidentielle l’a lui-même expliqué lundi, lors de sa conférence de presse. "J’ai absolument tenu à garder le lien avec ma circonscription, a-t-il justifié. Et c’est mon épouse qui a tenu ce rôle essentiel. Alors, on dit 'pas de badge à l’Assemblée nationale égale pas de travail'. C’est pourtant le cas d’un très grand nombre de collaborateurs qui travaillent en circonscription."

Penelope Fillon, une collaboratrice sans badge qui aurait donc travaillé en circonscription tout en déclarant vivre à Paris. L’assistante parlementaire s’est-elle infligé des allers-retours quotidiens ? Rappelons que 250 kilomètres séparent Paris de Sablé-sur-Sarthe.

Pour des raisons de droits, cette vidéo ne peut être diffusée ou intégrée sur un autre support que le site internet de France Télévisions, et ne sera visible que jusqu'au dimanche 12 février 2017 minuit.  

Penelope Fillon, Paris, Mai 2007
Penelope Fillon, Paris, Mai 2007 (JULIAN SIMMONDS)