Cinq fois où Penelope Fillon a affirmé qu'elle ne s’impliquait pas dans la carrière politique de son mari

D'après les informations du "Canard enchaîné", la femme de François Fillon aurait touché 500 000 euros pour ses activités d'assistante parlementaire. Le candidat de la droite à l'élection présidentielle a lui-même reconnu le travail qu'effectue sa compagne. 

Penelope Fillon assiste à une conférence de presse à Paris, le 15 novembre 2016.
Penelope Fillon assiste à une conférence de presse à Paris, le 15 novembre 2016. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)
avatar
Camille AdaoustFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Penelope Fillon est soupçonnée d'emploi fictif. Elle aurait reçu un demi-million d'euros, notamment pour des activités d'attachée parlementaire de son mari. Ce sont les révélations, faites mercredi 25 janvier, par le Canard enchaîné. Or, Penelope Fillon s'est toujours fait très discrète dans la vie politique de son mari. "Je ne m'étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari", déclarait-elle par exemple au quotidien Bien Public, en 2016. Un propos qui contraste avec les déclarations du candidat de la droite à l'élection présidentielle jeudi 26 janvier : "En réalité ma femme travaille avec moi depuis toujours, depuis 1981, depuis ma première élection, elle m'a toujours accompagné dans ma vie publique." Retour sur cinq citations embarrassantes pour la défense du clan Fillon.

En 2002, elle n'a "jamais pensé" à une carrière politique

En mai 2002, François Fillon est ministre des Affaires sociales sous Jacques Chirac. Le couple et ses cinq enfants posent alors dans Paris Match. C'est "parce que [le magazine] a insisté", avoue Penelope Fillon au Parisien, quelques mois plus tard. "Mais une fois, ça suffit", ajoute-t-elle, expliquant qu'elle "n'aime pas se mettre en avant". Penelope Fillon décrit au quotidien n'avoir "jamais pensé" à une carrière politique personnelle et préfère "garder un peu de recul et d'indépendace".

En 2007, elle raconte être cantonnée à son rôle de mère...

C'est cette fois-ci au Telegraph (en anglais), journal britannique, que Penelope Fillon raconte son quotidien, en mai 2007. La femme de François Fillon raconte notamment avoir commencé un cours de littérature en tant qu'auditrice libre. "Je réalise que mes enfants ne me connaissent qu'en tant que mère au foyer, mais j'ai un diplôme de français et d'avocate. Je me suis dit 'Bon, je ne suis pas idiote', ce cours va donc me remettre au travail, me faire réfléchir à nouveau", expliquait alors Penelope Fillon. 

... et qu'elle n'a pas de "rôle" en tant que conjointe du Premier ministre, mis à part soutenir son mari

Quand François Fillon est nommé Premier ministre, Penelope Fillon réaffirme son non-engagement politique. "La femme du Premier ministre, je ne pense pas qu'elle ait vraiment un rôle", dit-elle en mai 2007 à France 2. Elle assure également qu'elle "sera, comme toujours, derrière à soutenir la famille et lui-même", son mari. Avant d'ajouter : "Voilà, c'est tout."

Voir la vidéo
FRANCEINFO

En 2008, elle ne fait que "l'accompagner de temps en temps"

Un petit peu plus tard, alors que François Fillon est en place à Matignon sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Penelope Fillon est de nouveau interviewée par France 2. Dans l'émission "A vous de juger", en juin 2008, elle confirme ne pas avoir "de rôle" dans la vie politique de son mari. "Je l'accompagne de temps en temps, comme ça. Ça se limite à ça", ajoute-t-elle. Lorsqu'on lui demande pourquoi elle se fait discrète, elle répond : "Je fais comme je suis."

En 2016, elle ne s'est "jamais impliquée dans la vie politique" de François Fillon

Cette fois-ci, la phrase est prononcée pendant la campagne pour la primaire de la droite de François Fillon, à l'automne 2016. Alors qu'elle est en Côte-d'Or pour visiter un centre de cancérologie et tenir une réunion publique pour soutenir son mari, elle déclare au quotidien régional, Le Bien Public"Jusqu'à présent, je ne m'étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari." Elle était alors un peu apparu en public pour faire quelques déplacements et animer un comité, "Les femmes avec Fillon".